histoire

Publié le 8 Novembre 2022

 

Appelé "Piquette" par ses camarades, ce jovial Poilu de 14-18 doit son surnom au métier de maître de chai qu'il exerçait aux établissements Groscassand de Fleurance. Ayant déjà servi sous les drapeaux avant le conflit, il a le grade de sergent à la déclaration de guerre. Ses qualités et son action lui valent d'être nommé adjudant à peine un an plus tard. Entre 1915 et 1919, il sera cité trois fois, à l'ordre de l'armée et du régiment. Voici la dernière citation : "Chef de section qui a fait preuve du plus grand courage au cours des derniers combats. Le 2 octobre 1918, a brillamment conduit sa section à l'assaut sous les feux violents de mitrailleuses, s'accrochant au terrain et progressant malgré les nombreuses pertes subies." On le voit ici en famille, lors d'une permission en 1917. Démobilisé à l'armistice, il meurt en 1920 des suites de la guerre, comme beaucoup d'autres, atteints physiquement, blessés, diminués, et psychologiquement abattus. Il est déclaré Mort pour la France, parmi les 119 Fleurantins inscrits sur le monument de la Commune.

Voilà une histoire, simple, poignante et dramatiquement illustrative de la ponction que la "grande guerre" a opéré sur la population des jeunes hommes partout en France, avec ses conséquences dramatiques sur la population civile, sur l'économie, sur la santé qui seront douloureusement mesurées pendant plusieurs années, jusqu'au drame suivant... Une histoire parmi les nombreuses que racontent les frères Xavier et Elian Da Silva, concepteurs du Musée des Anciens Combattants pour la Liberté installé à proximité de Fleurance, en direction de Mauvezin. Ils sont également rédacteurs de deux recueils, "Visages des combattants - Fleurance 1914-1918" et "Visages de combattants - Fleurance 1939-1945". Les galeries de portraits de ces deux ouvrages qui évoquent aussi bien les Morts pour la France que les blessés, les appelés, les résistants, les soignants, le clergé, les élus enfin, sont un magnifique hommage aux Fleurantins de l'époque, au courage et aux faits d'arme, et une mine d'informations pour alimenter le travail de mémoire qui s'impose. Un travail pour l'Histoire, avec un grand H.

Ce n'est ni Confucius, ni Marx, ni Churchill comme on le lit souvent, qui se sont néanmoins, bien sûr, exprimés sur l'idée, mais le philosophe Georges Santayana (1863-1952) qui nous a alerté : " Ceux qui ne peuvent se souvenir du passé, sont condamnés à le répéter " (The life of reason). Pendant trente ans, la génération d'après-guerre, la seconde du siècle, a vécu dans l'illusion d'une paix et d'un bien-être qui pouvaient sembler définitifs, en Europe du moins. L'éclatement de la Yougoslavie dans les années 90 et aujourd'hui la guerre en Ukraine montrent que le feu couve très près de nous.

Le musée des frères Da Silva embrasse les trois guerres franco-allemandes de 1870, 14-18 et 39-45. Malgré une surface d'exposition relativement réduite, sont rassemblés ici de nombreux témoignages des combats qui ont opposés les deux pays et entrainé le monde entier dans le conflit : uniformes, armement, coupures de presse, photos de famille, objets personnels... Les pièces exposées proviennent autant d'acquisitions par les propriétaires du musée, que de sauvetages in extremis de la décharge publique (!) et de donations par les particuliers, heureux de voir la mémoire familiale trouver un espace de conservation, de mise en valeur et de pédagogie. Et en effet, les établissements d'enseignement de la région sont nombreux à profiter du lieu et de la richesse de sa collection pour aborder avec la génération montante les causes et les conséquences des trois conflits. Marc Bloch, historien, résistant assassiné en 1944 par les allemands, analysait le phénomène, dans L'étrange défaite : " Or, tout professeur le sait bien, et un historien, peut-être, mieux que personne, il n’est pas, pour une pédagogie, de pire danger que d’enseigner des mots au lieu de choses. Piège d’autant plus mortel, en vérité, que les jeunes cerveaux sont, à l’ordinaire, déjà trop enclins à se griser de mots et à les prendre pour des choses ".

Et Xavier et Elia Da Silva montrent les choses. Et les expliquent de façon particulièrement vivante. La visite du musée se déroule avec leur commentaire qui sait si bien s'adapter aux différents publics, susciter les questions, aller à l'essentiel  qui est la vie du combattant, la peur, le courage, la blessure, l'évènement imprévu, l'épilogue, heureux ou malheureux. Car les cérémonies du souvenir, qui marquent au pied des monuments aux morts dans les communes de France, le temps de mémoire officiel, l'anniversaire du jour de paix, peuvent sembler à la longue pauvrement incantatoires et irréelles. Le nom des morts ne nous dit plus rien, sauf leur nombre impressionnant bien sûr. Mais il faut dire ce qui s'est passé, comment la guerre est-elle provoquée ?, le pays était-il prêt à se défendre ?, les erreurs et la lucidité du commandement, du politique, qui sont ces hommes et ses femmes venus souvent des anciennes colonies, ces alliés, qui ont pu renverser le cours d'un scénario bien mal engagé ? La Résistance également, qui tient à Brugnens une place importante, car, lors de la dernière guerre, la France étant rapidement et lourdement défaite, c'est à l'arrière que s'est préparé le renouveau, qu'ont été organisées les exfiltrations vers l'Espagne, l'Afrique du nord et l'Angleterre. Le maquis gascon, à Meilhan, à Castelnau-sur-l'Auvignon, paiera le prix fort pour que l'on se souvienne que le pays profond ne s'est pas soumis.

Il faut souhaiter que l’œuvre admirable des frères Da Silva trouve une suite. La Lomagne, le Gers et la Gascogne méritent que ces histoires vraies, ces vies et ces morts mises bout à bout, nous montrent le chemin, le chemin de l'effort et de la liberté.

                                                                            ALINEAS

 

L'UNIFORME

Le musée présente une très belle collection d'uniformes, depuis le pantalon rouge garance très beau mais très repérable, jusqu'au moderne treillis kaki en passant par le bleu horizon du poilu. Chaque évolution de la tenue du combattant est à la fois guidée par la conception d'un meilleur camouflage et par la recherche du confort et de la souplesse pour le déplacement et l'assaut.

Les uniformes ennemi et allié sont également exposés.

 

 

 

 

L'ARMEMENT

Fusils, pistolets, grenades... l'armement, léger à Brugnens pour des raisons d'espace disponible, mais impressionnant tout de même, fait apparaître de façon flagrante une évolution technique ultra rapide en moins d'un siècle. Le poilu auquel on demandait de sortir de sa tranchée pour charger à la baïonnette, à la suite d'un jeune officier sabre au clair, comme depuis le Moyen-Âge finalement, a eu à subir les premières rafales de mitrailleuses, si meurtrières.

 

LA MÉDECINE MILITAIRE

L'armée allemande se repliant en 1944, dans sa précipitation a abandonné dans une maison qu'il occupait dans le Gers un équipement infirmier jamais servi et particulièrement complet : médicaments, instruments, attelles, manuel de soins... Une pièce rare.

 

LA PROPAGANDE

La communication officielle associe de façon très synthétique d'une part la réponse au besoin de protection du faible, de la mère et de l'enfant, d'autre part le patriotisme, paix et victoire entremêlées aux nécessités du financement de l'effort de guerre. On ne peut pas reprocher cette acrobatie intellectuelle au pouvoir politique. Le temps presse et il est bien dans son rôle.

 

LA PRESSE

De l'inévitable censure en 14-18, justifiée par l'Union sacrée, jusqu'à la sinistre soumission à l'occupant allemand en 39-45, l'information devient douteuse.

 

LA FAMILLE

Loin de son foyer, le combattant espère toujours recevoir des nouvelles. Et doit en donner lui-même. Les relations d'affection prennent d'autant plus d'importance que le risque est grand. Cet officier qui vient de toucher son nouveau casque, un évènement qui n'est pas anodin dans le contexte, veut plaire et rassurer sa mère. Mais le "boche" reste son principal objectif. Voici les termes de sa lettre : " Le 1er décembre 1915. Ma chère Maman, je t'envoie une nouvelle photo de moi. J'y suis pris avec le nouveau casque, auprès d'une de mes pièces [...]. Hier j'ai tiré un obus sur deux boches qui avaient l'allure d'officiers, l'obus est arrivé en plein dessus, c'est la deuxième fois que je vois le travail que je fais, cela fait plaisir, au moins on se rend compte qu'on sert à quelque chose [...]". Capitaine Robert Ferrière, 62ème régiment d'artillerie.

 

LA VIE A L’ARRIÈRE

La monnaie officielle faisant défaut (thésaurisation de la bonne monnaie, marché noir, panique...), afin de maintenir une activité économique normale, les communes, ici Gimont, Lectoure et Fleurance, sont autorisées à émettre des coupons divisionnaires (petite monnaie). La vie continue. Il le faut.

 

DANS LE CIEL DE GASCOGNE

Ce fier résistant gascon a peut-être été doté de son pistolet automatique par un largage de matériel parachuté de nuit par l'aviation alliée en 39-45. Le container a été retrouvé plusieurs années plus tard, oublié, dans la remise de la caserne de gendarmerie de Lectoure, et offert au musée. L'histoire précise des circonstances de la récupération de ce vestige et de sa conservation n'est pas connue mais les recherches des frères Da Silva montrent que la gendarmerie était souvent de mèche avec la résistance.

 

Comment y aller ?

 

Voir les commentaires

Rédigé par ALINEAS

Publié dans #Histoire

Repost0

Publié le 29 Août 2022

La présence des Templiers à Lectoure a été totalement négligée par les historiens. Le Carnet d'alinéas en a retrouvé la trace dans les archives de l'ordre de Malte qui a hérité des biens du Temple après sa suppression par le pape gascon, Clément V.

Clément V n'a pas pu, ou pas voulu, s'opposer à Philippe le bel qui avait mis la main sur l'immense domaine du Temple. Or, nous savons que Clément est passé à Lectoure dont le seigneur est alors son propre frère, Arnaud-Garcie de Got, Vicomte de Lomagne et d’Auvillar par faveur de Philippe le Bel. Il y nommera évêque un de ses cousins, Guillaume des Bordes. Enfin, son secrétaire, également son cousin, le cardinal Arnaud d'Aux, qui construira en un temps record et à grand frais la collégiale de La Romieu, prononcera la sentence que dénoncera Jacques de Molay, le grand maître, ce qui le conduira sur le bucher, un épisode célèbre de "l'affaire". Ces avantages accordés à sa famille par Philippe le Bel et par lui-même, ont jeté sur l'action de Clément V, et donc sur le procès fait aux templiers, un doute qui ne sera jamais dissipé.

A la mort de Clément, son neveu Bertrand de Got, devenu vicomte de Lomagne à son tour, s'emparera de son trésor avant d'être rappelé à l'ordre, sous la menace de l'excommunication, par Jean XXII.

Et Lectoure fait partie du décor de cette incroyable épisode de l'Histoire de France.

Nous rassemblons ici les articles consacrés aux Templiers depuis 2017 sur ce blog. Ils ont été rédigés et publiés au fur et à mesure de nos recherches. Il peut donc y avoir quelques redites, des nuances et des évolutions. De plus, il reste encore matière à recherche mais d'ores et déjà le Carnet d'alinéas est heureux de vous proposer cette chevauchée dans l'Histoire de notre ville, accessible en permanence au menu PAGES.

 

 

  1. La découverte de la présence des Templiers à Lectoure
  2. Le nom de Naplouse
  3. Le passage du pape Clément à Lectoure
  4. La famille du pape Clément. Guillaume des Bordes, évêque de Lectoure
  5. La fin du Temple
  6. Les rois maudits de Maurice Druon, le rôle du cardinal Arnaud d'Aux
  7. Les héritiers du Temple à Lectoure: l'ordre de Malte

 

Et de cette histoire, pourquoi ne pas tirer... 8. Un conte

Voir les commentaires

Rédigé par ALINEAS

Publié dans #Histoire

Repost0

Publié le 21 Janvier 2022

Nous avons révélé dans un précédent alinéa les origines de l'hôpital du Saint-Esprit de Lectoure. Créé par la commanderie bretonne du Saint-Esprit d'Auray au 14ième siècle, installé à l'emplacement de l'actuel hôtel des Doctrinaires, cet établissement  a probablement été doté à l'origine par le vicomte de Lomagne soucieux de respecter ainsi la première des obligations du bon chrétien, la charité. Puis, nobliaux ou bourgeois, les lectourois plus ou moins fortunés également désireux d'assurer leur vie éternelle, ce qui n'est pas exclusif d'une pure générosité, ont complété progressivement le domaine du Saint-Esprit.

Il faudra aménager ce bâtiment et ses dépendances, les entretenir, et louer ce qui peut l'être, en particulier le domaine agricole, afin de générer des revenus réguliers permettant de loger, nourrir et soigner les malades et les pauvres, qui sont légion à l'époque, et de rémunérer les hospitaliers laïcs. 

Le cadastre napoléonien garde la mémoire du domaine de l'hôpital, ici à Navère

 

Les comptes de l'hôpital, Condes de l'espitau deu Sant Esperit de Laytora de 1457 à 1558 * nous sont parvenus et sont une source précieuse d'informations sur la vie, non seulement de l'établissement charitable, mais également celle de la ville elle-même. En 1457, le comte Jean V est surtout préoccupé par sa relation orageuse avec Louis XI. Cependant, il reçoit les délégations des représentants de la ville dans l'église Saint-Esprit, probablement du fait de sa capacité d’accueil et peut-être pour éviter d'ouvrir la porte de son château.

L'hôpital lui, est géré par deux bourgeois élus pour un an, les gouverneurs, sous le contrôle des consuls de la ville. Cette situation n'est pas spécifique à Lectoure. L'ordre du Saint Esprit a, dès l'origine, sollicité ce contrôle laïc et ce parrainage dans ses maisons, pour libérer les hospitaliers de cette tâche, et sans doute afin d'intéresser la collectivité et se mettre sous sa protection. Mais en même temps, un trop grand nombre d'établissements a été créé, dispersé en France et dans les royaumes voisins, et il semble que les effectifs religieux soient insuffisants voire absents. A Lectoure comme dans toutes les villes, les municipalités vont donc devoir prendre le relais lorsque l'ordre du Saint-Esprit sera défaillant.

Un comptable au Moyen-Âge

 

Jugeons-en. Le premier état des lieux dressés par les gouverneurs de l'hôpital en 1457 est éloquent :

Il fut trouvé dans la chambre où dorment les pauvres quatre couettes de petite valeur

- quatre traverses de peu de valeur

- trois couvertures de lit de peu de valeur

- cinq ciels de lits de bois dont deux neufs et les autres de peu de valeur

- deux petits bancs de bois

- deux tables à quatre pieds de cœur de chêne de peu de valeur

- 23 draps desquels 7 étaient bons et les autres de peu de valeur

- deux coffres, un avec clef, l'autre sans clef ni couvercle,

- un tonneau de bois assez bon

- trois vieilles cuves de peu de valeur

- une serpillière bonne

On le voit la capacité de l'hôpital est très limitée et le mobilier réduit à l’extrême. Les instruments de cuisine sont évoqués l'année suivante : un vieux chaudron...  une canette d'étain et une crémaillère... Il n'y est aucunement question de pharmacie ou de médecine.

On estime que la capacité du Saint-Esprit s'est élevée plus tard jusqu'à vingt à trente lits.

Il faut à l'origine, voir dans cette institution essentiellement un lieu d'accueil, un refuge pour les indigents, plus qu'un établissement de soins. Le terme ospital en vieux français ou espitau en gascon étant d'ailleurs traduit indifféremment par hôpital ou hospice.

L'hôpital, appelons-le ainsi, a des revenus agricoles que les deux gouverneurs enregistrent sur le livre de compte et réclament en temps et heure aux débiteurs. Parmi les terres de rapport nous relevons Navère, Lesquère, les Pierres-blanches (autour de notre actuel quartier des Justices), Boulan, Mourenayre, des vignes à Cardès, Manirac et Corn, à Ricarde sur la rive gauche du Gers, une plantation de saule pour la vannerie, aubareda que es dela Gers etc... Les loyers sont payables en nature bien sûr. Le vin et les céréales sont revendus pour être consommés sans délai. La céréale conservée pour la consommation de l'hôpital est stockée dans la même pièce que les draps, non pas par manque de place mais parce que ce sont tous deux des biens précieux qu'il convient de surveiller et que la pièce est choisie pour son hygrométrie. A une époque où les bâtiments sont humides et froids, le problème de la conservation alimentaire est difficile.

L'hôpital est également doté de matériels et de locaux dont ne disposent pas les petits exploitants et auxquels il facture son utilisation : pressoir, chai, greniers pour le séchage des noix ou d'autres récoltes... Mais le local du pressoir est souillé à plusieurs reprises, par les moutons du Sénéchal puis les chevaux des pauvres (pauvres mais cavaliers !).

Le Saint-Esprit est copropriétaire du moulin de Repassac, en partage avec l'évêque et le comte, avec le seigneur de Galard, officier de Louis XI, après le siège de la ville et la fin de la maison d'Armagnac. Il reçoit à ce titre du meunier son quota de farine tout au long de l'année. Mais il faut régulièrement remplacer les meules. Une meule coûte 1 écu, 13 gros 1/2 (le gros vaut 16 deniers tournois). Ceci est une preuve s'il en fallait, de la dotation originelle noble de l'hôpital Saint-Esprit qui est également copropriétaire pour un cinquième d'une ferme, lo bordiú, que nous ne localisons pas.

 

Les donations se poursuivent, plus ou moins importantes. Nous reçûmes d'Arnaud Guilhem Depossi trois couettes et trois traversins neufs, sans plume.... Il fut donné par certaines autres personnes de la ville, deux serpillères et deux draps assez bons. Si l'établissement d'accueil paraît sommaire, mais il faut resituer ces données à l'époque, les revenus sont donc conséquents. Ainsi, les gouverneurs peuvent-ils faire entretenir le matériel et les bâtiments. Les cuves sont recerclées à neuf... On achète de la graisse pour colmater le bois du pressoir, des clous pour latter le toit... L'équipement destiné à l'accueil et aux soins des pauvres et des malades lui-même est complété. Nous dépensâmes et payâmes au tisserand qui fit le drap... nous achetâmes une cruche et un cruchon pour tenir l'eau pour les pauvres... et 22 livres de plume. Nous achetâmes de Gayssion Foassin deux canes de rousset pour faire une robe (robe de bure) à l'hospitalière à 11 gros la cane.

L'hôpital n'est pas dispensé de l'impôt : 1 écu, 2 gros au titre de la taille versée aux consuls de la ville en 1458.

Ceux qui viennent mourir à l'hôpital espèrent bénéficier d'une sépulture, au plus près de l'église, qui leur assure, ils l'espèrent, d'être présentés au jugement dernier. C'est une des missions essentielles du Saint-Esprit. Or, pour la remplir tout à fait, l'hôpital devra régler le prix de la messe funéraire de l'indigent au chanoine titulaire de la chaire du Saint-Esprit ! Tout se monnaie et le clergé séculier ne fait pas de cadeau.

Nous fîmes faire des draps de lit que nous donnâmes à l'hospitalier pour les mettre aux lits des pauvres en plusieurs fois, 6 draps et un linceul pour un jeune homme qui était mort à l'hôpital ; coût 30 livres de lin et d'étoupe données pour l'amour de Dieu, que nous fîmes filer à 3 liards par livre, total 15 gros.

 

Les morts laissent en général leurs biens à l'hôpital qui les a soignés. Un bâtard, fils adultérin de quelque noble qui ne s'est pas fait connaître, laisse son cheval. L'hôpital l'adopte pour son service et pour cela lui fait fabriquer un bât. On suppose que s'il eût été destrier et de valeur, on aurait plutôt choisi de le vendre. Ailleurs, une morte lègue son champ, un autre une maison.

Le Saint-Esprit gère plusieurs petits hospices répartis sur son domaine eux-mêmes qualifiés "espitau". Ainsi voit-on apparaître dans les comptes, des dépenses pour l'hôpital Nostra Dona de Correge c'est-à-dire Notre Dame des corroyeurs, que nous situons approximativement dans l'actuelle vallée de Foissin, ruisseau un temps nommé "riú correge" avant que "Saint-Jourdain" puis "Ruisseaux" ne s'imposent. Les dépenses concernant cette annexe reviennent souvent et sont conséquentes (37 journées de deux âniers et leurs bêtes pour y porter de la pierre !). On y accroche une lanterne (coût : deux gros). Les dames y font la quête, ce qui laisse supposer un potentiel important, dira-t-on aujourd'hui en langage de marketing, à rapprocher du calme de l'actuel quartier des Ruisseaux.

Le Saint-Esprit gère également l'hôpital Saint-Jean de Somonville, parfois dit "Saint-Jean d'Abrin", rive gauche du Gers. La maison dite "À espitau" est proche de la ferme de Saint-Jean de Somonville, qui existe toujours aujourd'hui et qui appartiendra dans les dernières années du 15ième siècle à Manuel et Jean Despitau. Un nom de famille qui laisse supposer que l'on est en présence de descendants d'un pensionnaire de l'hôpital ayant progressivement pris possession de ce domaine. Les comptes précisent effectivement que la terre y est louée à la commanderie d'Abrin située au sud de La Romieu, travaillée par un cagot, descendant de lépreux et attaché au Saint-Esprit, et que les deux hôpitaux sont "unis". Nous sommes-là sur le domaine de l'ordre de Malte, peu actif à Lectoure sauf pour prélever la dîme, qui a délégué au Saint-Esprit la gestion de cette annexe et sa mission hospitalière.

Le Saint-Esprit installera également un hospice dans les environs du ruisseau de Bournaca, dit Espitau de Santa-Ribeta, dont nous savons peu de choses. Pour le construire, on vend les terres de Boulan. Rapport : 13 écus pour un premier versement.

Ce processus de création d'annexes est caractéristique de l'époque. L'hôpital va vers la population qui ne peut pas se déplacer que ce soit pour bénéficier de son secours ou pour contribuer à son financement. Le Saint-Esprit ne peut pas espérer remplir sa mission en restant intramuros. De même que l'église installe des oratoires et des chapelles pour rassembler une population disséminée sur un grand territoire, et drainer des prébendes il faut bien l'avouer, l'hôpital investit les campagnes en s'appuyant sur son domaine et sur les donations dont il bénéficie. Cependant, cette dispersion des moyens ne favorisera pas son efficacité.

Les charrois de toute sorte coûtent très cher à l'hôpital. Le pays est étendu et le relief escarpé. Pour un transport de pierres et de charpenterie, il faut louer jusqu'à trois paires de bœufs. La charrette et les conducteurs en sus. L'hôpital ne peut pas se contenter, comme le fait certaine noblesse, d'entretenir son périmètre. Les pauvres (entre 20 et 40% de la population) et les malades sont nombreux et l'entreprise est colossale.

Sur le chemin de Lagarde-Fimarcon à Lectoure, À Espitau, propriété des Sieurs de Marcous Despitau. Détail du plan du dîmaire de l'Ordre de Malte.

L'hôpital du Saint-Esprit est en relation avec les autres hôpitaux de la ville et l'on se rend des services. " Il fut pris de l'hôpital Sainte-Catherine du Pont-de-pile un cent de tuiles que nous devrons leur rendre". En effet, les comptes du Saint-Esprit démontrent l'intense activité charitable de Lectoure. Parce que la misère règne et, il faut le redire, parce que le message des évangiles interprété par le clergé est comminatoire. La ville dénombre une demi-douzaine d'hospices, à La Peyronelle sur le chemin de Saint-Jacques, au Castanh, au faubourg Saint-Jacques et un autre Saint-Jean... et là encore, on peut s'interroger sur les conséquences de la dispersion des efforts.

Les pèlerins, nombreux, souvent malades, handicapés ou épuisés, ont recours à la charité de l'hôpital. Mais la lèpre et toutes sortes de maladies que l'on craint contagieuses amènent les consuls à interdire l'entrée des étrangers en ville. Le Saint-Esprit fait alors construire à ses frais une cabane au-dessus de l'hôpital Saint-Jacques, au faubourg, avant la barbacane de la porte d'entrée est.

Mais les religieux, les hospitaliers et les gouverneurs de l'hôpital ne sont pas isolés. La charité est l'affaire de tous. Chaque année "las damas", évidemment bourgeoises, parmi lesquelles certainement les épouses des gouverneurs et des consuls qui doivent apporter leur écot à l'engagement généreux de leurs maris et ainsi tenir leur rang, procèdent à la "quête du fil". La quête en monnaie sonnante et trébuchante ne rapportant que peu, les dames charitables quêtent également du fil qui permettra la confection de linge. On file dans toutes les maisons, qui pourrait refuser ? "Nous dépensâmes et payâmes au tisserand qui fit le drap du fil qu'on avait donné aux dames pour l'amour de Dieu : 9 gros". On quête à pâques, le vendredi saint, à la saint Martin, les dimanches, les dames mais également les hospitaliers, rémunérés pour ce faire. Et certains bénévoles à tour de rôle, mais les gouverneurs sont amenés à leur payer à boire ! sans doute un jour de grande chaleur. On quête à Pentecôte bien sûr, la fête de l'Esprit saint et ce jour-là, par décision papale, jusque sur le territoire de monseigneur l’Évêque. Concurrence...

Si l'hôpital génère une certaine activité économique, il semble que ce soit pour une part en circuit fermé. Le livre de comptes fait apparaître que les débiteurs sont souvent également créanciers. Cependant, quelques achats de produits introuvables sur place conduisent des commissionnaires à se déplacer, engageant une dépense exceptionnelle, à Toulouse pour un couvre vitre (?), le livre de compte lui-même, il n'y a pas de papetier à Lectoure, et encore, à la foire de la saint André, quatre couvertures, ou à Layrac pour une meule dite de Buzet...

Malheureusement les détournements de fonds charitables ne sont pas un dévoiement réservé à notre époque moderne. L'histoire est racontée par le docteur de Sardac, ancien maire de Lectoure dans son Étude sur l'assistance publique à Lectoure aux XVe, XVIe et XVIIe siècles, déjà citée. La clôture des comptes annuels de l'hôpital donne lieu à des agapes rassemblant gouverneurs et consuls. Certaines assemblées sont très raisonnables, d'autres dépensent allègrement et de façon disproportionnée en regard du budget général. En 1497 on mangea un repas digne de Pantagruel, des oies, des œufs, des épices, du mouton, une salade de viande, des tartes, du lait caillé, de la fressure de chèvre, tout ceci arrosé de vin blanc et rouge. Le tout pour 1 écu et 2 gros, soit un mois de dépenses générales de l'hôpital et la moitié de ce qui est donné aux malades sur une année !

 

Sont-ce ces errements, le désintérêt croissant de la bourgeoisie pour la religion ou bien le besoin de fédérer les bonnes volontés ? le 16ième siècle verra la reprise en mains de l'ensemble des activités charitables par l'église. Dès 1535, un Bureau des pauvres présidé par l'évêque contrôle les comptes des gouverneurs de l'hôpital et l'ensemble des activités charitables des consuls. En 1566, délabré, l'hôpital au nord-est de la ville est abandonné. Les pauvres et les malades sont regroupés au quartier Guilhem Bertrand (au sud de la ville). En 1656, sous le règne de Louis XIV, les hôpitaux généraux sont institués pour régler de façon autoritaire le problème de la mendicité. L' hôpital refuge devient asile d'internement. Un recul sur le plan de l'évolution de la santé publique qui s'exprime dans le dicton "C'est l'hôpital qui se moque de la charité" tant les deux systèmes étaient dans le même état d'indigence sur le plan des connaissances et de la pratique de la médecine. A Lectoure, il faudra attendre encore un siècle (1758) pour que la construction d'un hôpital digne de ce nom débute à l'emplacement du vieux château des comtes d'Armagnac et un siècle de plus pour qu'il soit totalement achevé. Avant l'avènement de la médecine moderne, la mission que s'était donnée Gui de Montpellier en 1180 et la présence bicentenaire de l'ordre du Saint-Esprit à Lectoure ont toutefois, pendant deux siècles, permis de soulager les maux de générations de malades, estropiés, indigents, femmes seules, orphelins et pèlerins. Il faudra évoquer les hospitaliers qui ont consacré leur vie à cette œuvre admirable.

A suivre.

                                                                        Alinéas

 

 

* Comptes de l'hôpital du Saint-Esprit de Lectoure, 1457-1558, transcription et traduction d'Elie Ducassé, Société Archéologique du Gers.

 

ILLUSTRATIONS :

- L'hospice, Jacques Caillot, 1617.

- Cadastre napoléonien, Lectoure section de Navère, www.archives32.fr

- Un comptable au travail. Lettrine du compte de Mathieu Regnault, receveur général du Duc de Bourgogne pour l’année 1426-1427. Archives départementales de Côte d'Or.

- Calendrier du Rustican, 1306. Pietro de Crescenzi. Juillet et octobre.

- Sépulture, Ordre charitable protestant de Saint Jean , ville de Weibensee, détail.

- Dimaire de l'ordre de Malte, 1782, Archives de Lectoure.

- Le banquet du paon, Le Livre des conquêtes et faits d’Alexandre, vers 1446. Musée du Petit-Palais, Paris.

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par ALINEAS

Publié dans #Histoire

Repost0

Publié le 8 Novembre 2021

goumier - armée française d'afrique - CEFI - campagne d'italie - goums marocains



" Les commémorations du centenaire de 1918 ont célébré beaucoup de choses, mais pas le fait qu'il s'agissait d'une victoire militaire de la France. Les programmes scolaires n'abordent pas non plus cette vérité, insistant sur le ressenti du Poilu, son «expérience combattante», ses sentiments. Victorieux, il n'est pourtant considéré et célébré que comme victime, un «malgré-lui» avant l'heure. De la guerre, de l'état-major, etc... C'est qu'il ne fait pas bon être vainqueur. Désormais, le seul statut reconnu et valorisé est celui de victime."

Fatiha Boudjahlat

Enseignante, essayiste, co-fondatrice du mouvement Viv(r)e la République.                                                

 

 

e jovial guerrier emportant la chèvre qui fera le prochain méchoui de sa section, porte un casque du modèle "assiette à soupe" fourni par l'armée britannique et arbore la fameuse djellaba rayée des goumiers marocains de l'armée française d'Afrique, intégrés aux troupes alliées débarquées en Sicile et à Naples en 1943.

A peine vingt-cinq ans, une génération, après l'héroïque charge de la Force noire dans les tranchées des Ardennes, son armée d'Afrique permettait à nouveau, à la France sèchement défaite en 1940, de tenir sa place au combat, en Italie, en Provence, en Alsace, passant le Rhin et repoussant l'ennemi nazi dans ses retranchements jusqu'au Danube. Menés par des officiers parlant l'arabe et le berbère et intégrés au Maghreb profond depuis la pacification de la période Lyautey, respectant leur religion, condition absolue pour asseoir leur autorité, jusqu'à partager leur mode de vie et porter la même djellaba qu'eux, les goumiers marocains et les tirailleurs de l'Afrique française du Nord sont le fer de lance du Corps Expéditionnaire Français en Italie (CEFI).

cassino - Aurunci - garigliano - goumiers général alphonse Juin - affaires indigènes
Goumiers à l'assaut pendant la bataille du Garigliano.

A la suite de leur incroyable percée sur les monts Aurunci, contournant le monte Cassino, dans le cadre de la bataille du Garigliano, les goumiers du général Juin, ouvraient la route de Rome aux alliés, bluffant le commandement américain. Le général allemand Kesselring lui-même écrivit « Les Français et surtout les [goums] Marocains ont combattu avec furie et exploité chaque succès en concentrant immédiatement toutes les forces disponibles sur les points qui faiblissaient ». Les cimetières français de Rome et Venafro abritent les stèles musulmanes, juives, animistes et les croix chrétiennes de 6 255 hommes, soldats, sous-officiers et officiers, réunis dans la mort, l'honneur et la victoire.

 

officier des goums marocains, indochine - partisans - mékong
Lieutenant des goums marocains en progression dans les rizières du Mékong avec ses partisans indochinois.

Dix ans plus tard, à nouveau mis à contribution, les goumiers seront en Indochine, pour résister au communisme international. Mais l'armée française a du mal à se déplacer dans un pays où la cartographie est incomplète et où l'état du terrain et des voies de communication est sans cesse perturbé par le climat tropical. Elle intègre donc à nouveau des partisans indigènes, en particulier ceux des ethnies thaï, muong et nung, hostiles au communisme et à l'influence chinoise. Non seulement ils répondent à l'attente du commandement français, mais ils se révèlent d'extraordinaires combattants. Le commando des "Tigres noirs" de l'adjudant-chef Vandenberghe était parmi les troupes craintes du Viêt Minh. Mais cela ne suffira pas et après le départ de l'armée américaine qui aura succédé aux français, ces combattants se retrouveront souvent parmi les boat people, fuyant la dictature communiste.

__________________________

 

Lectoure a la responsabilité d'entretenir un cimetière où sont enterrés 73 soldats du 141ième bataillon de tirailleurs sénégalais, morts à l'arrière en 1919, de la grippe espagnole pour une part, mais également d'autres pathologies et de leur affaiblissement dans les mauvaises conditions de leur hébergement. Ils sont honorés de la mention "Mort pour la France".

tirailleurs sénégalais Lectoure - force noire 1914-1918
Le carré des Sénégalais de Lectoure

Chaque année, à l'initiative du comité de Lomagne du Souvenir Français, en relation avec les associations de descendants de ces combattants venus non seulement du Sénégal mais aussi de différents pays d'Afrique noire de l'empire colonial français, Mali, Soudan, Bénin, Guinée, Côte-d'Ivoire... une cérémonie leur rend justement hommage. Dans les nécropoles militaires des deux guerres mondiales, les sépultures des milliers de soldats venus d'Afrique et d'Asie, côtoient celles des combattants originaires des régions de France hexagonale, toutes races et toutes religions confondues.

Pour Pierre Vermeren, Professeur d'histoire contemporaine à l'université Paris-1 Panthéon-Sorbonne, "les Africains avaient quelque chose de chevaleresque, ils se battaient sans discuter, obéissant aveuglément à leurs chefs. Il n’y a eu aucune reculade. Ils faisaient l’admiration du commandement français, c’est pour cette raison qu’ils ont été couverts de médailles. C’étaient les meilleurs soldats qui soient".

 

force noire - tirailleurs sénégalais - colonies - verdun
Tirailleurs sénégalais montant au front en 1917.

 

Le souvenir collectif ne peut occulter les questions du peu de reconnaissance accordé aux hommes venus se battre aux côtés des français de France, de leur difficile intégration dans la nation et de l'injuste restriction de leurs droits par l'administration, jusqu'à leur terrible sacrifice enfin pour les harkis d'Algérie honteusement abandonnés par décision gouvernementale à la vengeance de leurs frères de race. Mais s'il y a un temps pour le débat et la réhabilitation, il faut d'abord et indéfectiblement entretenir celui de l'hommage aux combattants, rescapés et morts au feu réunis.

Les tirailleurs, les goumiers, les partisans n'ont pas été enrôlés de force. Bien sûr, la guerre déclarée, la nation mobilise, sans discussion possible, dans les colonies comme en métropole. Mais qu'on ne s'y trompe pas, au fur et à mesure de ses avancées coloniales, la France a toujours reçu le renfort des tribus soumises, fournissant des hommes par tradition voués au combat, fiers de porter l'uniforme français et déployant dans l'action de grandes capacités guerrières. On ne fait pas monter une troupe à l'assaut des lignes ennemies par la contrainte. Ces africains et ces asiatiques ont choisi la France et se sont donnés à la patrie avec toute la vaillance qu'on leur connaît.

Victoires et défaites confondues, les cérémonies du souvenir les honorent.

                                                                             Alinéas

clémenceau - père la victoire - coloniaux

" En visite au front, je rencontre à Epernay les tirailleurs sénégalais.

Une jeune fille me remet un bouquet de fleurs".

Georges Clémenceau.

 

* L'expression « malgré-nous » désigne les Alsaciens et Mosellans incorporés de force dans la Wehrmacht, armée régulière allemande, durant la Seconde Guerre mondiale. Substantivée, elle est utilisée plus généralement pour qualifier des recrues que l'on estime enrôlées contre leur gré.

 

Photos ECPAD et collection particulière.

 

Voir les commentaires

Rédigé par ALINEAS

Publié dans #Histoire

Repost0

Publié le 4 Octobre 2021

Révolution française - Empire - philatélie - Lectoure

 

Office de Tourisme de Lectoure - 9/17 octobre

( tous les jours de 15 à 18 heures )

 

Si l'Histoire, science complexe, sérieuse et laborieuse vous rebute, vous pouvez toujours l'aborder de façon légère et digeste grâce au roman, au cinéma, ou à la peinture qui prennent fréquemment le fait historique pour sujet, même s'il faut faire la part de la réalité et celle du scénario ou du jeu des acteurs. Rien ne vaut un bon spectacle pour découvrir une époque historique. La philatélie elle, se situe à mi-chemin entre la science et l'art, entre la chronologie des évènements et l'esthétique. La poste elle-même est un phénomène historique qui fait l'objet d'études très sérieuses en même temps qu'elle est synonyme de voyages, de rencontres, de familles et d'amis lointains.

A l'occasion du bicentenaire de la mort de Napoléon, l'association Mémoire du maréchal Lannes de Lectoure présente la collection de Bernard Comte, riche de plusieurs centaines de documents, timbres, missives, autographes, documents officiels... détaillés et explicités de façon très claire et dynamique.

Bernard Comte est bien connu des lectourois. Docteur en chirurgie dentaire, longtemps conseiller municipal, il dessine infatigablement, dans un style original, sobre et romantique, sa ville et les paysages de Lomagne. Le carnet d'alinéas lui a rendu hommage à ce titre dans Le crayon de lumière. Avec cette exposition philatélique, encore une fois, loin du collectionneur jaloux, Bernard Comte partage ses trouvailles et contribue à la restitution et à la mémoire de l'histoire de sa ville. Si l'enfant du pays, Jean Lannes, devenu au fait d'une carrière éclair, ponctuée de victoires et de blessures, maréchal d'Empire et général d'infanterie de la Grande Armée, offre au philatéliste le fil conducteur de cette collection, Bernard Comte resitue aussi ce destin exceptionnel dans le cadre d'une période particulièrement dramatique, complexe et fondatrice de notre époque moderne. Depuis les causes de la chute de l'Ancien Régime jusqu'à l'établissement de nos institutions modernes, administrations, enseignement, droit, l'histoire de la poste et du timbre suit pas-à-pas Napoléon, Lannes, leurs partisans et leurs opposants, le peuple de France, tous les acteurs emportés dans le tourbillon des évènements qui ont bouleversé le monde.

Le timbre est né en Angleterre en 1840, mais il s'est largement rattrapé depuis pour retracer l'histoire du Royaume de France. A part les plus jeunes qui ne connaissent plus que le SMS ou le post (ironie de l'évolution du langage) sur les Facebook, Twitter et autres Tik Tok, nous sommes nombreux à avoir collectionné les écussons des villes et des Généralités, les anciennes divisions administratives du pays dont nous gardons la mémoire, sinon la nostalgie. Une France disparue brutalement.

philatélie - timbres - généralités - royaume de france - ancien régime

Ce ne serait pas une révolte mais bien une révolution c'est à dire un bouleversement total. Pourtant tout n'était pas mauvais et le royaume se modernisait à grand pas, comme dans toute l'Europe gagnée par les progrès scientifiques. En Gascogne l'intendant Mégret d'Etigny a laissé un héritage aujourd'hui reconnu et respecté. Or son action rencontrait l'opposition des parlements et des villes elles-mêmes, qui imposeront leurs doléances aux États Généraux. Son action se caractérise en particulier par l’amélioration du médiocre réseau routier de l’intendance. Il exploite au mieux les douze journées annuelles de corvées qui étaient dues pour l’entretien des routes, sans toutefois hésiter à confier les travaux les plus nécessaires à des entrepreneurs professionnels, ceci aux frais des communautés redevables de la corvée, plutôt qu’à distraire ces dernières de leurs activités agricoles. Il est soucieux de productivité agricole pour éviter les disettes, fréquentes à cette époque. Il ne se fait d’ailleurs pas toujours rembourser des nombreuses avances faites sur sa cassette personnelle et qui ont ensuite causé sa ruine. Il travaille au développement de l’exploitation des forêts de haute montagne, des voies navigables, des forges, du thermalisme et des carrières de marbre, du commerce et des foires commerciales*. Mais c'est trop tard.

Intendant Mégret d'Etigny - Auch - Gascogne
La statue d'Antoine Mégret d'Etigny à Auch

 

Tous les pays du monde célèbrent la prise de la Bastille. Les représentations postales de notre journée nationale sont nombreuses, allégoriques et parfois affranchies... par rapport à la réalité, ou pour le moins amplifiées. Car l'évènement est d'une importance relative sur le plan militaire. Mais elle est devenue hautement symbolique pour les peuples qui se battent pour leur liberté.

timbre prise de la bastille - 14 juillet 1789

 

Le pays profond n'échappe pas à la tempête. Le conventionnel bordelais Dartigoeyte, délégué dans le Gers, accusé d'être contre-révolutionnaire, est défendu par la société montagnarde de Lectoure. L'imprimerie, la presse, les postes et messageries jouent un rôle important dans la propagation des idées et dans le déroulement des évènements.

société montagnarde et révolutionnaire de Lectoure - révolution gers gascogne

La conscription, les volontaires de 1792 puis la levée en masse en 1793 donnent à la République les moyens humains de résister à la coalition des royaumes d'Europe qui se liguent pour tuer le risque révolutionnaire dans l’œuf. En 1792, Jean Lannes et ses compagnons lectourois également futurs généraux, Jérôme Soulès, Jean-Baptiste Dupin, Pierre Banel, Jacques-Gervais Subervie, Joseph Lagrange, rejoignent l'armée des Pyrénées. Une campagne méconnue aujourd'hui mais particulièrement difficile où Lannes perd deux de ses frères. L'image de Rouget de l'Isle est une bonne représentation de l'esprit patriotique qui régnait alors. Il y a là les racines de la Grande Armée.

rouget de l'isle - volontaires conscrits levée en masse - volontaires de lectoure

 

On le sait, la Révolution française est un évènement aux causes économiques multiples. Les inégalités, de mauvaises récoltes, l'influence grandissante de la bourgeoisie qui maîtrise l'outil de production génèrent des tensions qui dresseront le peuple face au pouvoir et à la noblesse, et les catégories sociales les unes contre les autres. Les besoins du développement conduiront à la création de nouveaux moyens de paiement et de crédit mais les premiers assignats n'auront pas le succès escompté. L'instabilité politique n'inspire pas la confiance. Ce qui facilitera la prise de pouvoir par Bonaparte.

assignat - collection philatélique beranrd comte lectoure
La Révolution a quatre ans. La devise "La nation, la loi, le roi" est illustrée de 3 fleurs de lys. On remarquera l'appel à dénonciation des contrefaçons.

Promu rapidement aux postes de commandement, remarqué par Bonaparte, Lannes sert sous les ordres du Général d'Augereau qui, sur ce magnifique document autographe rédigé à Perpignan où stationne l'armée du Roussillon, s'adresse au Directoire. Comme Lannes, issu d'un milieu modeste et également destiné au maréchalat, Augereau a vite appris les manières qui s'imposent à ce niveau. Mais, attentiste, défaillant pendant les cent jours, il tombera en disgrâce auprès de Napoléon exilé et fera allégeance à la Restauration monarchique. Diversité de destins.

Augereau - lannes - Armée des pyrénées
Lettre d'Augereau au Directoire le 10 ventôse an VI (20 février 1798).

 

Lannes sera de toutes les aventures. Malte, Saint-Jean d'Acre, les pyramides, les campagnes d'Italie où il acquiert sa réputation de meneur d'hommes et où il prend place, définitivement et au plus près de Bonaparte, jusqu'au coup d’État du 18 brumaire.

campagnes d'italie - expédition égypte - lannes bonaparte
Entouré de ses officiers, Napoléon lance son adresse célèbre devant les pyramides.

 

Le petit lectourois est fait Maréchal, puis Duc de Montebello. Lannes et ses fantassins sont à la pointe des grandes batailles. Il brille au soleil d'Austerlitz. Parmi les maréchaux représentés sur ces enveloppes de premier jour d'émission, on se surprend à vouloir deviner sa silhouette. Sa mort tragique, en 1809, sur le Danube, devant Vienne, marque un tournant dans l'histoire napoléonienne, peut-être y verra-t-on le commencement de la fin.

lannes maréchal - duc de Montebello - austerlitz - Essling
Sur le Zuran, Napoléon entouré de ses maréchaux.

 

Si la Révolution française est un sujet récurrent, Bonaparte et Napoléon fascinent les administrations postales du monde entier. L'empereur vieillissant et à la taille épaisse, Trafalgar, la Bérézina et Waterloo ne sont pas occultés mais la jeunesse et l'audace du général de la première République, le chef adulé de ses troupes et le stratège inégalé, font de lui sans doute, le champion toutes catégories des éditions de timbres. Mais les esprits critiques ne manquent pas. Le déboulonnage des statues, ce que l'on appelle aujourd'hui la culture woke, aura-t-il une suite en la matière ? Faut-il s'attendre à un autodafé philatélique ?

bonaparte - napoléon -  waterloo - bérézina - trafalgar - philatélie

 

Nos institutions modernes, en France et dans les pays ayant connu l'administration impériale, justice, enseignement, armée, sont souvent dites "napoléoniennes". Elles sont plus justement le fruit des idées pré-révolutionnaires, celles des philosophes des lumières, concrétisées par la volonté organisatrice sans faille qui est la caractéristique essentielle du régime impérial. Des institutions qui fêtent également les unes après les autres, par l'émission de timbres commémoratifs, leurs bicentenaires.

code civil - lycée - gendarmerie - justice - institutions napoléoniennes timbres commémoratifs
Le code civil, évoluant avec le temps, toujours en vigueur.

 

Quant à la devise de la République française, toujours réaffirmée deux-cents-trente ans après la Révolution, devise pourtant relative et fragile, elle est sans cesse heureusement réinventée, ici et ailleurs, au gré des évolutions techniques et culturelles, au gré de nouveaux bouleversements qui dépassent depuis longtemps les frontières du premier Empire.

                                                                       ALINEAS                                                  

liberté - égalité - fraternité - devise de la république - timbre

 

* Wikipédia

Voir les commentaires

Rédigé par ALINEAS

Publié dans #Histoire

Repost0

Publié le 16 Juillet 2021

épidémie - pandémie - peste - feu de saint antoine - mal des ardents - feu sacré

Le corps couvert d'ulcères purulents, le ventre ballonné et les organes secoués de spasmes, le personnage se contorsionne dans d'atroces douleurs. Délirant sous l'effet de migraines hallucinatoires, enfiévré avec l'alternance d'une sensation de froid intense et de brûlures, les extrémités de ses membres gangrénées prendront une couleur noire et se détacheront du reste du corps.

Sous sa forme convulsive la maladie impressionne et fait, inévitablement à l'époque, supposer une cause maléfique. François de Salerne, médecin orléanais du 18ième témoignait : L'ergotisme, débute ordinairement par des troubles du psychisme marqués par des «assoupissements et resveries. Toutes ces personnes sont hébétées et stupides et la stupeur augmente à mesure que la maladie fait du progrès. Certaines furent brulées ou exécutées sur la place publique car considérées “possédées” par le diable».

On trouve également la trace de cette forme de la maladie dans des témoignages venus de Norvège, un pays durement touché par l’ergotisme. Assoiffés, suants, hurlant de douleur, les malades convulsaient pendant des heures. Des contractions d’une violence telle qu’elles produisaient des sons de chou qu'on brise, verrouillaient leurs membres dans des positions grotesques et douloureuses : les poignets et les mains devaient être fracturés pour retrouver leur mobilité, les jambes se recourbaient assez pour tirer les pieds sous le ventre et les colonnes vertébrales pliaient en arrière, ramassant les malades en sinistres cercles.

S'il en réchappe, le malheureux sera horriblement diminué ou mutilé. C'est le feu sacré, le feu de Saint Antoine.

Pendant des siècles cette maladie, sous les formes gangréneuse ou convulsive, parfois épidémique, fera des ravages dans toute l'Europe, 40 000 morts en Aquitaine et Périgord en 994, particulièrement lors d'épisodes climatiques froids et pluvieux et simultanément de disette, savants et docteurs, à la science trop démunie, mettant longtemps à rapprocher les effets de cette cause. Certains symptômes communs, comme les bubons tuméfiés, ont parfois provoqué la confusion du feu de saint Antoine avec la peste, au point que l'on a pu historiquement par erreur, attribuer certaines épidémies à l'une ou l'autre des affections.  Lectoure et la Lomagne ont probablement été touchés par le feu de saint-Antoine mais les archives et les témoignages ne permettent pas de déterminer avec certitude la nature des épidémies ("Population et société aux XVIIè et XVIIIè siècles" par Georges Courtès, in Histoire de Lectoure. Imp. Bouquet Auch 1972).

La maladie est en fait provoquée par la présence d'un champignon parasite du seigle, ayant la forme d'un ergot de rapace ou de coq, Claviceps purpurea, d'où son nom scientifique "ergotisme", la peste elle, étant transmise par la piqûre de la puce porteuse d'une bactérie, Yersinia pestis, endémique chez certains petits mammifères, le rat en particulier. Le seigle est une plante résistante au froid et à l'humidité, adaptée à des terrains pauvres. Logiquement sa culture est donc privilégiée pour pallier aux mauvaises récoltes de blé et les épidémies se déclareront au plus mauvais moment, celui où les organismes sont faibles et la nourriture de qualité rare.

seigle - froment - céréale - farine - claviceps purpurea - disette
Claviceps purpurea sur un épi de seigle

 

Si ce carnet d'alinéas veut évoquer le feu de saint Antoine, ce n'est pas par sensationnalisme malsain ou par un opportunisme relatif à notre actualité sanitaire, quoique l'on puisse y observer certains comportements collectifs similaires. Non, mais notre intérêt pour les ordres hospitaliers présents sur le chemin de saint-Jacques, conjugué avec l'histoire des moulins et de l'activité meunière, nous conduit à Saint-Antoine de Pont d'Arratz, à une étape de Lectoure, porte d'entrée des pèlerins en Gascogne. La digue du moulin des Antonins, abandonnée en même temps que la mécanique du meunier et plus encore malmenée aujourd'hui par les politiques administratives hydrologiques successives, a vu passer des générations de croyants et de pénitents en route pour Santiago.

épidémie chemin de saint jacques - pélerins - pèlerinage - saint antoine pont d'arratz
Le pont d'Arratz

L'ordre des Antonins a été fondé en 1089 dans le Dauphiné, autour des reliques de saint Antoine le Grand, ou Antoine du désert - à ne pas confondre avec Antoine de Padoue - ayant vécu au 3ième siècle, considéré comme le père du monachisme chrétien et dont l'invocation sauve un jeune homme atteint du feu sacré, Guérin de Valloire, qui fait le vœu, en cas de guérison, de soigner les personnes atteintes de la maladie. Ce qui advint.

Ayant adopté, pour soigner leurs malades, une hygiène de vie et une alimentation riche, préférant en particulier le froment au seigle, les hospitaliers Antonins ont trouvé, sans le savoir, le remède au feu sacré. Leurs résultats feront leur succès. Les dons charitables affluent. L'ordre comptera plus de 600 hôpitaux, très souvent sur les lieux et les itinéraires de pèlerinage où se massent les foules indigentes. Installés sur les bords de l'Arratz en 1176, les Antonins recevront en leg de sa veuve, les biens du seigneur du lieu, Gaillard d'Ascort, mort aux croisades.

Antonins - ordre hospitatier de saint antoine - hopital moyen âge

 

Pour se distinguer parmi les ordres hospitaliers, les Antonins adoptent sur leurs documents et leurs vêtements, la lettre T de l'alphabet grec, le tau, qui figure en fait la béquille des amputés. Le cochon est souvent présent sur les illustrations représentant les frères ou le saint lui-même car au froment, est associé sur la table des Antonins, la viande de cet animal prolifère. L'ordre bénéficiera par décision papale, du privilège de laisser aller ses bêtes librement autour de ses commanderies. La graisse de porc est également utilisée dans les onguents servant à panser les plaies des malades.

Pour lutter contre le « feu de glace » (correspondant à la perte de sensibilité), les Antonins utilisaient des herbes dites chaudes (ortie, moutarde) en frictions pour provoquer une vasodilatation. Contre le « feu ardent », ils utilisaient des herbes dites froides (rose, violette...) Ces plantes étaient utilisées en onguent, ou par voie orale sous la forme d'un breuvage : le « saint vinage » fait d'un mélange de vin local, de décoctions de quatorze plantes et prétendant posséder de la poudre issue de reliques de saint Antoine. Ce remède administré aux malades le jour suivant leur entrée à l'hôpital, avait une relative efficacité s'expliquant par cette macération de plantes aux effets anesthésiants et vasodilatateurs (Myrrhe, cardamome, safran, menthe pouliot, gentiane...). Les Antonins disposaient aussi de la thériaque, dont l'un des composants majeurs, l'opium, avait une vertu antalgique. (Wikipédia)

saint vinage - opium - plantes médicinales
Scrofulaire aquatique ou Herbe de saint Antoine

Ajoutons que, confrontés fréquemment à la gangrène, les Antonins avaient la réputation d'être d'adroits chirurgiens, selon les critères de l'époque...

On le voit, une longue pratique et une patiente observation ont permis aux hospitaliers de saint-Antoine d'acquérir une certaine science. Bien sûr, la protection du saint et la foi chrétienne font partie de la médication. Mais l'hygiène, l'alimentation et la médecine ont pallié, jusqu'au 18ième, à l'ignorance de l'origine du mal.

Cependant, chaque épidémie provoquait l'agression et la condamnation des éternels bouc-émissaires : marchands, étrangers, sorcières. Les médecins eux-mêmes sont déclarés coupables puisque prescrivant une médecine qui ne soigne pas ! Enfin les malades épargnés, les "ardents", lorsqu'ils ne bénéficiaient pas de la protection religieuse, faisant alors partie des pestiférés, des cagots en Gascogne, rejetés à bonne distance du bourg, écartant ainsi, croyait-on, la punition divine.

                                                                           Alinéas

saint antoine - antoine du désert - antoine le grand - passion de saint antoine

 

ILLUSTRATIONS :

"La tentation de saint Antoine" est le titre de nombreuses œuvres religieuses et profanes depuis le Moyen-Âge et jusqu'à nos jours (Salvatore Dali). Ce thème fait référence à un épisode de la vie du saint qui aurait été tourmenté par le diable sous la forme de visions des voluptés terrestres. S'affranchissant de la chronologie, les artistes représentent la légende avec des détails relatifs à l'ergotisme et à l'ordre des hospitaliers alors que le saint ermite vivait plusieurs siècles auparavant.

- En titre, monstre présentant les symptômes de l'ergotisme, détail de La tentation de saint Antoine, Retable d'Issenheim, par Matthias Grünewald, 1512-1516, Musée Unterlinden de Colmar.

- Ci-dessus, La tentation de saint Antoine de Pieter Huys, 1547, Musée du Louvre. Le saint tient le livre de la règle et porte le signe du tau de l'ordre qu'il n'a pas créé. A l'arrière-plan, dans une niche ogivale, le flacon de saint vinage.

- Ergot du seigle, Dominique Jacquin, Wiktionary.org.

- Le pont d'Arratz du moulin des Antonins à Saint-Antoine (Gers), Michel Salanié.

- L'abbaye de saint-Antoine en Sologne, Ernest Board, 1877-1934, Wikicommons.

 

SOURCES :

Quelques références parmi beaucoup :

- https://www.vice.com/fr/article/epgebm/histoire-de-ergot-milliers-de-morts-epidemie

- https://www.academie-medecine.fr/le-feu-saint-antoine-ou-ergotisme-gangreneux-et-son-iconographie-medievale/

- https://books.openedition.org/iremam/3132?lang=fr

 

Voir les commentaires

Rédigé par ALINEAS

Publié dans #Histoire

Repost0

Publié le 23 Mars 2021

 

"La fondation de l'ordre du Saint-Esprit fut l'un des plus grands événements de l'histoire du monde au Moyen Âge."

Léon Gautier, historien médiéviste.

 

 

endant trois siècles, l'hôpital du Saint-Esprit de Lectoure a accueilli et soigné les pauvres, les malades, les enfants abandonnés, les estropiés de toutes sortes, les pèlerins, les vieillards... Son histoire est oubliée, enfouie sous les ruines successives, du fait de la destruction de la ville par l'armée de Louis XI, de la haine des protestants pour les institutions catholiques... et enfin dépassée par le progrès, inéluctable, par l'importance, l'innovation même du point de vue économique, du nouvel hôpital-manufacture construit à la fin de l'Ancien Régime.

Différentes publications sur les hôpitaux et l'assistance publique à Lectoure évoquent l'hôpital du Saint-Esprit. Nous les indiquons en annexe. Cependant, les origines mêmes de l'institution médiévale y sont ignorées. Cette chronique veut compléter modestement la mémoire de la noble fonction des hospitaliers de cet ordre charitable.

________________________________

Un point sur les lieux pour commencer, car ce n'est pas évident.

L'église du Saint-Esprit actuelle, versant sud de la citadelle, rue du 14-Juillet, au quartier Guilhem-Bertrand, ne porte ce nom que depuis la Révolution, étant auparavant la chapelle des Carmes. Il est vrai également que l'hôpital du Saint-Esprit a été transféré dans les dernières années de son activité (1566), dans la même rue, dans un bâtiment devenu par la suite la gendarmerie. Une piste qu'il faut quitter pour évoquer la fondation de l'hôpital.

De fait, le quartier Saint-Esprit, est situé à l'extrémité nord-ouest de la ville. Notre actuel cimetière du Saint-Esprit donne la bonne direction. Initialement, il jouxtait comme il était de tradition, l'église du même nom, dressée sur ce qui est aujourd'hui la place Boué-de-Lapeyrère. Cette église, ruinée une première fois, reconstruite de l'autre côté de la grande rue, à nouveau détruite et rebâtie, finit par faire office de chapelle du collège des doctrinaires, un établissement construit au 17ième et 18ième siècles sur les ruines de l'hôpital et devenu aujourd'hui hôtel de tourisme. C'est donc précisément à l'endroit de ce bâtiment, probablement sa partie centrale, qu'il faut situer l'hôpital médiéval du Saint-Esprit. L'Histoire n'a pas retenu la date de naissance de cette institution. Cet emplacement, au pied des ouvrages défensifs du château seigneurial, fossés, remparts et barbacane, laisse toutefois penser que le maître des lieux de l'époque, le vicomte de Lomagne probablement, a validé, voire doté et protégé, cette installation charitable. On trouve aujourd'hui dans ce quartier, outre le cimetière, rejeté extra muros du fait des normes d'hygiène modernes et des besoins d'espace, une fontaine et une croix, bien modestes malgré leur résistance aux évènements, toujours dites du Saint-Esprit sur le cadastre napoléonien reproduit ci-dessous. Enfin, subsiste la rue Saint-Esprit qui intrigue le lectourois ou le visiteur qui se demandent ce que fait là ce membre de la sainte Trinité. Voilà pour cerner les lieux, plusieurs fois bousculés par les siècles et l'agitation des hommes.

 

L'Ordre des hospitaliers du Saint-Esprit a été fondé à Montpellier en 1180 par Gui de Montpellier, ce qui explique qu'il porte aussi le nom "du Saint-Esprit de Montpellier". La réussite et le rayonnement de cette institution charitable conduira rapidement à sa reconnaissance par la papauté. En 1204, Innocent III fait construire à Rome l'hôpital Santa Maria de Sassia* et en confie la direction à Gui. Très rapidement, la dimension prise par cet hôpital et l'influence du Vatican impose l'installation du Grand Maître et des différentes structures de direction de l'Ordre à Rome. En quelques années, le développement des hôpitaux du Saint-Esprit est considérable. On en recense plus de 1000 en Europe dont 400 en France ! Les fondations dépendent des donations nobles qui permettront de générer les revenus suffisants et réguliers, nécessaires à l'accueil des malades.

Le duc de Bourgogne instituant l'hôpital du Saint-Esprit de Dijon

 

En France, outre Montpellier qui fut éclipsé assez tôt, deux commanderies prendront de l'importance en créant de nouvelles maisons secondaires, lesquelles pourront à leur tour, créer des dépendances : Auray avec 50 établissements et Besançon 34.

 

UNE FORTE IMPLANTATION EN GASCOGNE

L'hôpital de Lectoure a été créé par la commanderie du Saint-Esprit d'Auray en Bretagne, à une date que nous ne pouvons pas préciser,

 

Une bulle du pape Grégoire XI atteste cependant la présence de l'hôpital de Lectoure dans le giron d'Auray en 1372. Il serait vain peut-être, faute de documentation, de rechercher la raison précise de cette filiation, lointaine et "internationale" à l'époque. Les maisons-mères saisissaient toutes les occasions de s'implanter ici et là, étant donné leur intérêt financier puisque la fille payait annuellement à la mère son écot. Le rayonnement de tel ou tel commandeur peut également expliquer l'essaimage d'une maison magistrale. Lectoure n'est d'ailleurs pas un cas isolé. Pour ne prendre en exemple que le seul département du Gers, on y compte pas moins de 13 autres hôpitaux du Saint-Esprit, Bassoues et L'Isle-Jourdain qui sont des maisons-mères, Auch (dépendant de Bassoues), Barran** (de Millau), Bretagne d'Armagnac (de Bassoues), Estang (de L'Isle-Jourdain), Loci Marorici (?) dans le diocèse d'Auch, Manciet (d'Auray), Marciac (de Clermont-Ferrand), Mérannes (d'Angers), La Sauvetat (de Bordeaux), Taillaco (?) (de Manciet), Biran (de Bassoues). A proximité, en Gascogne, citons dans les Landes Audignon, Bessaut, Gourbera, Saint-Sever, Tartas, en Gironde Baulac, Belin, Bordeaux, Libourne, Bayonne, dans les Pyrénées-Atlantiques Bidos, Le Boucau, Dax, Hendaye Le Départ, Lannes, Gavarnie, dans les Hautes-Pyrénées Luz-en-Barège, en Lot-et-Garonne Agen et Nérac.

 

UNE VOCATION UNIVERSELLE

On le voit, ne sont pas concernées les seules villes importantes. Le Saint-Esprit est notamment bien implanté sur le chemin de Saint Jacques. Certains établissements, c'est le cas de l'Isle-Jourdain par exemple, existant antérieurement, ont été cédés au Saint-Esprit par l'Ordre de Saint-Jacques de l’Épée qui se recentrait sur l'Espagne en pleine Reconquista. Mais, et nous touchons là à sa spécificité, contrairement aux autres ordres religieux qui se spécialisent et limitent leur champ d'intervention, le Saint-Esprit  choisira d'accueillir toutes les misères, physiques et intellectuelles, les vieillards et les impotents, les femmes, les enfants abandonnés, très nombreux au Moyen-Âge, les familles tombées en nécessité ("pauvres honteux"), les malades, les prisonniers, les troublés d'esprit, les pestiférés.... L'hôpital entend également prendre en compte la fin de vie. Les mourants seront accompagnés dans leurs derniers instants. Les morts seront enterrés chrétiennement et dignement près de l'église ou de la chapelle, obsédante préoccupation au Moyen-Âge où la croyance en la résurrection est le dernier secours moral des faibles et des opprimés. Cette universalité fait de l'ordre du Saint-Esprit l’ancêtre de notre actuel hôpital général. Elle fera sa grandeur mais aussi sa faiblesse car les besoins sont infinis.

Gui de Montpellier adopte en exergue de la règle de l'ordre, le verset de l'évangile de Saint Matthieu:

« Lorsque le Fils de l’homme viendra dans sa gloire...(il) dira à ceux qui seront à sa droite : Venez, vous qui êtes bénis de mon Père ; prenez possession du royaume qui vous a été préparé dès la fondation du monde. Car j’ai eu faim, et vous m’avez donné à manger ; j’ai eu soif, et vous m’avez donné à boire ; j’étais étranger, et vous m’avez recueilli ; j’étais nu, et vous m’avez vêtu ; j’étais malade, et vous m’avez visité ; j’étais en prison, et vous êtes venus vers moi.

Les justes lui répondront : Seigneur, quand t’avons-nous vu avoir faim, et t’avons-nous donné à manger ; ou avoir soif, et t’avons-nous donné à boire ? Quand t’avons-nous vu étranger, et t’avons-nous recueilli ; ou nu, et t’avons-nous vêtu ? Quand t’avons-nous vu malade, ou en prison, et sommes-nous allés vers toi ?

(Il) leur répondra : Je vous le dis en vérité, toutes les fois que vous avez fait ces choses à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous les avez faites. »

 

undefined
Armes d'azur à double croix pattée d'argent.

 

Les religieux du Saint-Esprit, frères ou sœurs, s'engagent selon la règle de Saint Augustin, adaptée à la mission spécifique de l'ordre : « Moi, N., je m'offre et me donne à Dieu, à la Bienheureuse Marie, au Saint-Esprit et à nos seigneurs les malades, pour être leur serviteur tous les jours de ma vie. Je promets, avec le secours de Dieu, de garder la chasteté, de vivre sans bien propre ». Vœux perpétuels auxquels s'ajoute celui d'obéissance à la hiérarchie qui conditionne l'organisation et l'efficacité.

 

UN PATRIMOINE ET DES PRIVILÈGES À LA HAUTEUR DE LA MISSION

Les hôpitaux du Saint-Esprit gèrent les biens dont ils ont été dotés à l'origine par de puissants et généreux mécènes et ceux qu'ils recevront dans le temps, de la petite noblesse, des bourgeois et des propriétaires terriens voisins qui espèrent ainsi gagner leur place au paradis ou plus prosaïquement bénéficier des soins des hospitaliers. Terres cultivées, vignes, forêts, moulins, bâtiments de toute nature constituent ainsi le considérable patrimoine du Saint-Esprit. A son tour, l'Ordre baille ces biens à des exploitants qui verseront annuellement les loyers, en numéraire ou en nature, permettant d'entretenir ses propres locaux hospitaliers, son église et son cimetière, de nourrir et soigner ses patients, de rémunérer les soignants laïcs.

Pendant trois siècles, l'Ordre du Saint-Esprit a également été doté par la papauté de privilèges exceptionnels. Le droit de construire sa chapelle ou son église, d'installer son propre cimetière, attirant ainsi les fidèles et avec eux, donations et aumônes. Le Saint-Esprit est exempté de la dîme. S'il possède des troupeaux, les bêtes peuvent paître librement. Des dates sont arrêtées au plus haut niveau  pour un droit de quête exclusif et au delà des limites de son domaine, offrant un avantage considérable par rapport aux autres ordres et à l'église paroissiale, à une époque où donner pour les pauvres est une obligation morale forte et donc très rémunératrice.

Tout ceci explique pourquoi, à Lectoure, la ville a été partagée en deux communautés, le Saint-Esprit ayant été érigé en paroisse, deux églises, deux cimetières. Sans doute parfois contre la volonté et l'intérêt de l'évêque, avant qu'il ne reprenne le contrôle de la situation au 18e siècle... Cependant, l'éloignement de la maison-mère d'Auray conduisit l'Ordre, ici comme ailleurs, à abandonner son autorité aux consuls de la ville, celle-ci ayant intérêt à conserver son hôpital, mais peut-être avec moins de conscience de l'essence charitable de la mission et suscitant une méfiance et une désaffection des fidèles et donc des donateurs. Cette laïcisation de l'hôpital, accentuée par la création en 1578, d'un ordre de chevalerie noble concurrent, politisé, parfois malveillant ou cupide, provoquera un grand désordre dans l'organisation de la généreuse création de Gui de Montpellier et sa disparition progressive.

 

 

Nous ne connaissons pas le nom des religieux de l'Ordre du Saint-Esprit qui ont œuvré à Lectoure qui permettrait de les honorer. Par contre nous possédons les comptes de l'hôpital sur les années 1457 à 1558, précieux document qui donnera matière à imaginer non seulement l'activité de l'hôpital, de ses admirables soignants, tracer le portrait de ses malades, de ses locataires et à travers eux, plus généralement, esquisser la vie de notre ville à la fin du Moyen-Âge où se côtoyaient profondes misère et charité.

(A suivre)

                                                                                Alinéas

 

* L'Ospedale di Santa Maria in Sassia construit à Rome en 1204, dans le quartier du Vatican, a été détruit en 1471 par un incendie. Reconstruit, il fut rebaptisé Arcispedale Santo Spiritu in Sassia. Il est aujourd'hui transformé en centre de congrès, adjacent  à l'Ospedale di Santo Spirito moderne qui peut ainsi s'enorgueillir d'être le plus ancien hôpital d'Europe. 

** La bastide de Barran a été fondée en 1279 dans le cadre d'un paréage entre le comte d'Armagnac-Fézensac et l'archevêque d'Auch. A proximité de Barran, aujourd'hui sur la commune de Riguepeu, se trouve la forêt domaniale de Montpellier (269 ha), toponyme possiblement hérité de l'hôpital du Saint-Esprit de Montpellier.

 

SOURCES

  • Sur l'Ordre du Saint-Esprit :

- Histoire de l'Ordre hospitalier du Saint-Esprit, Paul Brune 1892, réédition Wentworth Press 2018.

- https://fr.wikipedia.org/wiki/Ordre_des_Hospitaliers_du_Saint-Esprit

  • Sur l'histoire de la santé publique à Lectoure :

- Etude sur l'assistance publique à Lectoure aux XVe, XVIe et XVIIe siècles, Jules de Sardac, Imp. de Cocharaux, 1908.

- La vie communale au XVIIe et XVIIIe siècles, Maurice Bordes, in Histoire de Lectoure, Collectif,1972

- Le château des indigents, in Midi-Pyrénées Patrimoine, Gaëlle Prost, 2014.

  • Sur l'église du Saint-Esprit actuelle et son implantation, au Moyen-Âge, en vis-à-vis du château comtal :

https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89glise_du_Saint-Esprit_de_Lectoure

 

Voir les commentaires

Rédigé par ALINEAS

Publié dans #Histoire

Repost0

Publié le 16 Avril 2020

Vésuve Pompéi Herculanum Stabiae Lectoure

 

Article en cours de modification.

 

 

 

 

 

 


 

Voir les commentaires

Rédigé par ALINEAS

Publié dans #Histoire

Repost0

Publié le 11 Mars 2020

ordre de malte, hospitaliers, saint jean de jerusalem, lectoure, constantinople,

Le Grand Turc,

le curé de Saint-Esprit

et la Révolution française.

Dans l'élan de la victoire de Saladin sur les croisés, l'impérialisme ottoman, exalté par le fanatisme religieux, allait menacer la chrétienté. Mehmed II prenait Constantinople en 1453, abattant l'empire byzantin, jusque-là rempart de l'Occident, et donnait ainsi une capitale à l'Islam, qualifié dès lors de "Grand Turc", et ce n'était pas une formule de théâtre. L'expansion musulmane durerait encore plus d'un siècle, jusqu'à la victoire des marines alliées sur Soliman le magnifique, à Lépante (1571), précédée quelques années plus tôt par l'héroïque résistance des Hospitaliers lors du siège de Malte (1565).

Après la perte du dernier bastion de Saint-Jean d'Acre en 1291, les Hospitaliers s'étaient réfugiés d'abord à Rhodes, puis à Malte (1522), d'où l'évolution du nom de l'Ordre, enfin à Rome (1831) d'où ils poursuivent, encore aujourd'hui, leur mission humanitaire.

ordre de malte, hospitaliers, saint jean de jerusalem, lectoure, rhodes
Le châtelet du palais des Grands maîtres à Rhodes

 

LECTOURE, LE 16 MAI 1313. Par décision du pape Clément V, oncle du Vicomte de Lomagne et d'Auvilar*, l'Ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem prend possession du domaine des templiers déchus.

L'histoire des Etats latins et des croisades, abondamment romancée, conduit souvent à confondre Templiers et Hospitaliers dans une seule et même imagerie, héroïque et terrible, de la chevalerie médiévale aventurée en Orient. Or les deux ordres diffèrent fondamentalement. Les Templiers étaient essentiellement des nobles faits moines-chevaliers, de nombreux champenois à l'origine, soldats de métier, voués à la protection des pèlerins en route vers Jérusalem et de fait, à la conquête de la Terre sainte. A l'inverse, les Hospitaliers eux, à l'origine, sont des frères soignants. Des chevaliers les rejoindront pour répondre aux nécessités de la lutte permanente contre les musulmans, pour la protection des hospices où s'exerçait leur fonction fondatrice. C'est dans les années 1070, avant même les Croisades, que des marchands et des moines d'Amalfi (un port au sud de Naples) fondèrent avec l'accord même du calife Al-Mustansir un "hospital" en Terre Sainte. Ce terme générique comprend aussi bien l'hôpital tel qu'on l'entend mais aussi la maison d'hôtes, l'auberge et l'hospice. Certes les deux ordres de moines-chevaliers ont combattu côte à côte, mais avec des vues et des méthodes divergentes, sans doute en raison précisément de leur différence originelle, allant parfois même jusqu'à s'opposer. Les historiens décelant ici quelque cause des batailles perdues qui, mises bout-à-bout, conduiront à l'échec de l'Occident croisé.

Après leur défaite en Palestine, les Hospitaliers avaient bien besoin de prendre possession du domaine templier qui leur était transféré par le pape gascon. Car leur mission en Orient et en Méditerranée se poursuivait et générait d'énormes besoins financiers. Philippe le Bel faisait payer cher sa restitution du patrimoine templier à la papauté, mais finalement le nombre de commanderies de l'Ordre passait d'environ 60 à 120, qui verseraient chaque année une responsion, c'est à dire une contribution au budget général, chacune en fonction de sa taille et de ses bénéfices. Le domaine de Lectoure sera rattaché à la commanderie de La Cavalerie, près d'Ayguetinte et de Castéra-Verduzan. La commanderie est un hôpital ou un domaine de rapport et parfois les deux. Le grand hôpital de Jérusalem pouvait recevoir dit-on, jusqu'à 1000 malades. Quelques hôpitaux de l'Ordre en Occident ont eu une grande capacité d’accueil, de plusieurs dizaines de lits, mais le grand nombre de petits hospices disséminés loin des villes, dans le lectourois par exemple, Gimbrède et Arbrin, près de La Romieu, sur le chemin de Saint-Jacques, n'offraient que quelques lits. Une bénédiction cependant dans ces temps de misère.

L'Ordre deviendra aussi puissant que le Temple avant sa chute, à la différence qu'il saura s'adapter, se rendre incontournable et attirer à lui les fils de la noblesse d'Europe en mal d'horizons.

GASCOGNE, MAI 1597. A peine âgé de 11 ans, Jean-Bertrand de Luppé quitte le château familial du Garrané (actuelle commune de Seissan dans le sud du Gers) pour servir dans l'ordre de Malte.

ordre de malte, hospitaliers, saint jean de jerusalem, lectoure, caravage, grand maître
Le Grand maître et le jeune page, par Le Caravage

Admis page au Chapitre provincial de Toulouse, il rejoindra Malte en 1600 et y reviendra quatre fois pour des séjours de durées variables. Il servira sur les frégates et les galères de la Religion, le nom donné à la marine de l'Ordre. En effet, la guerre contre les ottomans se déroule sous la forme d'une perpétuelle course poursuite d'un port à l'autre où, tour à tour, les deux adversaires mènent des actions éclair : effet de surprise, canonnade, abordage, pillage et destruction, butin, enlèvement d'esclaves, fuite. Revenu indemne et auréolé de prestige de ces caravanes, Jean-Bertrand de Luppé deviendra Grand prieur de

ordre de malte, hospitaliers, saint jean de jerusalem, lectoure, siège de malte
Le siège de Malte, d'après Pérez d'Aleccio.

Saint Gilles, l'une des deux divisions, avec Toulouse, de l'Ordre pour la langue de Provence (c'est à dire les langues occitanes, car à l'époque on ne connaît pas les nations). Il fera alors réaliser une série de 14 tableaux racontant le siège de Malte, qu'il n'a pas vécu cependant, reproduction des fresques de Matteo Pérez d'Aleccio (1582) ornant les murs de la salle du Conseil de l'Ordre à La Valette, capitale de Malte. Le château de Lacassagne à Saint-Avit, à proximité de Lectoure, qui n'a pas appartenu à l'Ordre, conserve cet exceptionnel témoignage illustré. Une bande dessinée historique avant l'heure.

Mais à Lectoure, on est bien loin des pirates barbaresques.

ordre de malte, hospitaliers, saint jean de jerusalem, lectoure, piraterie, barbaresques

 

LA MÉTAIRIE DE SAINT-JEAN DE SOMMEVILLE

Le domaine de l'Hôpital à Lectoure nous est relativement bien connu puisque les archives municipales conservent un registre des terres et des bâtiments que l'Ordre gérait, ou sur lesquels il percevait la dîme en 1782. Les biens provenaient de l'héritage templier complété au fil des générations par les donations charitables. Les donataires, nobles et riches bourgeois, étaient encouragés à se défaire d'une partie ou de la totalité de leur patrimoine, de leur vivant ou à leur mort, peut-être pour lutter contre le lointain mahométan mais plus prosaïquement pour espérer s'assurer d'une place au paradis. Achetant et vendant alternativement en fonction des opportunités, prélevant sa part des bénéfices des exploitants, percevant ses loyers, l'Ordre gère son domaine en bon père de famille selon la formule juridique, mais en fait moins pour préserver le capital collectif que pour générer les revenus dont on a grand besoin pour mener les deux missions fondamentales, la charité et la guerre.

 

ordre de malte, hospitaliers, saint jean de jerusalem, lectoure, emphyteose
Emplacement du quartier de l'Ordre à Lectoure - Pour agrandir : clic droit puis [Afficher l'image].

En ville, l'Ordre possède le quartier situé à l’extrémité du promontoire, côté midi, entre la rue Crabère et la rue Constantin devenue depuis Rue Narbonne-Pelet. Les parcelles sont occupées par des locataires bénéficiant d'un bail à long terme, dit emphytéotique.

ordre de malte - lectoure - lagarde fimarcon - dîme
Pour agrandir le plan : clic droit et [afficher l'image]

Dans la plaine, le domaine s'organise autour du lieu-dit Saint-Jean de Sommeville**, sur le chemin dit mouliau menant de Lagarde-Fimarcon au moulin de La Mothe. En 1767, frère Léon de Montazet, chevalier, seigneur du Nomdieu en Lot-et-Garonne, nouveau commandeur de La Cavalerie d'Ayguetinte à laquelle le domaine hospitalier de Lectoure est rattaché, et qui procède à une remise en ordre énergique de l'affaire dont il prend les rênes, découvre une métairie délabrée. A la place, il fera bâtir une ferme que l'on peut qualifier de modèle. Les prairies naturelles sont ensemencées en foin. D'importantes plantations de fruitiers sont engagées, figuiers, noyers, poiriers, cerisiers et pruniers, dont la production est destinée à être commercialisée. Une chambre est réservée à un homme d'affaires qui viendra à la fois surveiller les travaux agricoles, prélever la dîme et les revenus directs sur la métairie elle-même comme sur les autres biens redevables, en ville et dans la vallée du Gers. Une organisation agricole et administrative visant au meilleur rapport.

La nouvelle métairie de St Jean de Sommeville

 

LA DÎME, LA PORTION CONGRUE ET LA RÉVOLUTION FRANÇAISE

Seigneur et maître à Malte, battant monnaie, l'Ordre souverain étend son immense domaine sur toute l'Europe. Et y jouit de grands privilèges, ce qui fera dire qu'il est un Etat dans l'Etat. En particulier, l'Hôpital prélève, à son profit, la dîme sur les productions agricoles des occupants de son domaine. Gros manque à gagner donc pour l'évêque du lieu et les curés qui y exercent. Le Temple avait déjà été critiqué sur ce point et avait poussé le clergé séculier du côté de ses accusateurs. Cet avantage se justifiait à l'origine lorsque les moines investissaient et mettaient en culture des domaines isolés, constitués de terres pauvres et difficiles. Lorsque nul vicaire ne venait à eux, il était logique de leur permettre de s'organiser librement, culte, cimetière et finances pour ce faire.

ordre de malte, hospitaliers, saint jean de jerusalem, lectoure, lagarde fimarcon
L'église de Lagarde-Fimarcon, au couchant du domaine hospitalier.

Mais ailleurs, le clergé séculier perdait gros à voir le domaine hospitalier drainer une partie de l'impôt d'église. Il s'agissait de lutter contre l'infidèle et de dispenser la charité certes, mais bien loin de chez nous. Et si parfois l'Eglise avait du mal à percevoir la dîme, les paysans inventant maintes manœuvres pour diminuer l'estimation de la récolte, l'assiette de l'impôt, l'Ordre de son côté, doté d'une solide organisation administrative, contrôlait de près les opérations et devait atteindre un résultat plus conforme. De nombreux procès sont menés pour conduire l'Ordre à réserver tout de même une partie de la dîme au clergé local. C'est ce que l'on désigne par la "portion congrue", que les évêques, les abbayes et l'Hôpital, gros décimateurs, devaient reverser aux curés des paroisses environnantes pour leur permettre de mener une vie digne. Mais l'inflation rognerait bien vite ce petit revenu fixé par décret royal et de "suffisante", au fil du temps la congrue deviendrait "ridicule", ce que l'expression a retenu aujourd'hui. Avant la Révolution, l'Ordre de Malte respectait cette règle à Lectoure et la dîme était partagée avec l'évêque, les curés des paroisses de Saint-Esprit et de Lagarde-Fimarcon, et le prieur de Saint André, une chapelle située sur la route de Nérac, au nord du dîmaire, aujourd'hui disparue.

On sait que le clergé rural a souvent vécu dans des conditions relativement misérables. Les historiens considèrent d'ailleurs qu'il y a là l'une des origines de la Réforme protestante, les prédicateurs calvinistes trouvant écho auprès du peuple mal servi par un clergé indigent aussi bien qu'auprès de la petite noblesse et de la bourgeoisie ouvertes aux idées des Lumières. Cette tare de l'Ancien Régime est une des causes de fond des guerres de religion dont la Gascogne et Lectoure en particulier ont eu à souffrir profondément.

Ayant conservé un fonctionnement féodal, choisi par la jeunesse aristocratique pour acquérir une formation réputée et y espérer une carrière militaire glorieuse, honoré sous les ors de l'Eglise catholique, l'Ordre de Malte ne sera pas épargné par les saccages protestants. Par la Révolution non plus.

Le 4 août 1789, l'Assemblée constituante supprimait les privilèges parmi lesquels la dîme. On considère que Malte perdait radicalement la moitié de son revenu. Mais l'Histoire accélère. Le 30 juillet 1791, les ordres de chevalerie sont dissous et le 19 septembre de la même année leurs biens mis sous séquestres. A Lectoure comme ailleurs, les locataires de l'Ordre et surtout les bourgeois feront l'acquisition des biens nationaux du domaine hospitalier. Les frères ne connaîtront pas collectivement le sort tragique des Templiers en 1314 mais ils disparaîtront également dans la tourmente. Car, s'ils n'appartenaient pas à la noblesse, ils n'étaient pas suspects à priori, mais religieux tout de même... Quant aux frères d'extraction noble, évidemment ils auront doublement raison d'émigrer pour échapper à la guillotine. C'est la fin d'un monde.

 

ordre de malte, hospitaliers, saint jean de jerusalem, lectoure, jean lannes
Le débarquement de Bonaparte à Malte. Le lectourois Jean Lannes est dans la chaloupe.

En juin 1798, l'armada française en route vers l'Egypte se présente devant le port de La Valette, capitale de Malte. L'île étant considérée comme stratégique pour l'expédition, Bonaparte a reçu du Directoire l'autorisation d'en prendre possession. L'Ordre n'est plus que l'ombre de lui-même et le Grand maître doit capituler sans vraiment combattre. Sur le vaisseau amiral, Bonaparte reçoit la reddition des chevaliers. Il emportera ce qu'il restait du trésor de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem estimé à 3 millions de francs en or et argent, ainsi que 1500 canons, 3500 fusils, 2 frégates, 4 galères... Aux côtés du vainqueur, un général de 29 ans, qui sera bientôt à la tête de la Grande Armée, Jean Lannes, le lectourois.

Et la mission charitable de l'Ordre me direz-vous ?

Pendant près de 500 ans, Lectoure a payé ses loyers et versé la dîme à l'Hôpital, mais n'a pas bénéficié des soins de ses frères soignants. Heureusement d'autres institutions se dévoueront, en particulier l'Ordre du Saint-Esprit, car la ville est d'importance, place forte, évêché, enfin étape majeure sur le chemin jacquaire. Et ici comme ailleurs par ces temps bouleversés, il n'a pas manqué de travail, peste, lèpre, petite vérole, typhus et tant d'autres plaies...

 ALINEAS

(A suivre)

 

ordre de malte, hospitaliers, saint jean de jerusalem, lectoure

Lien vers le site officiel de l'Ordre de Malte

 

* Retrouver l'histoire des Templiers à Lectoure sur ce carnet :

** Le nom d'Antoine de Sommeville a été relevé à Rhodes par Borel d'Hauterive, Annuaire de la noblesse de France. Il est possible que le nom de la métairie de Lectoure ait été choisi par ce chevalier, un membre de sa famille ou en sa mémoire. Ceci rectifie mon hypothèse d'un nom remontant aux Templiers ( voir ici ), mais sans l'écarter totalement. Sommeville est une commune de Haute-Marne et plusieurs hameaux de ce département, de la Marne, de la Seine-et-Marne et de l'Yonne portent ce nom.

 

SOURCES

- Un bon résumé sur L'Ordre de Saint-Jean - Rhodes - Malte : https://fr.wikipedia.org/wiki/Ordre_de_Saint-Jean_de_J%C3%A9rusalem

- Les caravanes de Jean-Bertrand de Luppé : https://books.google.fr/books?id=uUEBAAAAQAAJ&pg=RA1-PA77&hl=fr&source=gbs_selected_pages&cad=3#v=onepage&q&f=false

- La salle des chevaliers de Malte du château de Lacassagne :  https://fr.wikipedia.org/wiki/Ch%C3%A2teau_de_Lacassagne

- La métairie de Saint-Jean de Sommeville, Pierre Féral in Sites et Monuments du Lectourois, collectif

- Un exemple de dispute entre l'Ordre et le bas clergé : https://www.persee.fr/doc/ahess_0395-2649_1959_num_14_4_2876

- La Révolution française, Bonaparte et l'Ordre de Malte : https://fr.wikipedia.org/wiki/Occupation_fran%C3%A7aise_de_Malte

 

ILLUSTRATIONS

- L'entrée de Mehmed II dans Constantinople, par Benjamin Constant (1876), Musée des Augustins de Toulouse.

- Le Palais des Grands Maîtres de Rhodes, Wikipédia.

- Le Grand Maître Alof de Wignacourt, par le Caravage, 1607, Musée du Louvre. Le gascon Jean-Bertrand de Luppé aurait pu poser pour être ce page qui nous regarde si intensément, puisqu'il a 14 ans lorsqu'il arrive à Malte pour la première fois, soit six ans avant l'exécution de ce tableau célèbre. Il y reviendra une deuxième fois en 1606, sous les ordres du Grand Maître Wignacourt, et a donc certainement croisé le grand peintre, mauvais garçon admis dans l'Ordre par la seule grâce de son talent.

- Le siège de Malte (détail), d'après Matteo Pérez d'Aleccio, château de Lacassagne - Saint-Avit.

- Une galère de l'Ordre de Malte, Lorenzo Castro (vers 1680).

- Photo aérienne, IGN.

- Photos du dîmaire de l'Ordre de Malte conservé aux archives municipales de Lectoure, Michel Salanié.

- Plan des dîmaires de l'Ordre : base carte IGN, réal. M. Salanié

- Carte postale de l'église de Lagarde-Fimarcon, collection particulière

- Débarquement de Bonaparte à Malte, illustration Gudin-Motte-Grenier, Greenwich National Maritime Museum.

- Photo action humanitaire, Ordre de Malte.

Voir les commentaires

Rédigé par ALINEAS

Publié dans #Histoire

Repost0

Publié le 6 Septembre 2019

Histoire - Lectoure - Moyen-Âge - Carte du Pays lectourois - cartographie -topographie - toponymie - moulin - chemin - église

Le document qui a servi à l’établissement de la carte que nous évoquons aujourd'hui date de 1491. Soit dix-huit ans après le désastre de la prise de Lectoure par l’armée de Louis XI et la destruction systématique de ses remparts, de son château, et par-dessus tout le massacre de ses habitants.

Une carte ne dit rien des gens qui habitent le territoire. Ni de la misère des temps, ni des prémices d’une renaissance. A moins de rapprocher cette représentation graphique d’autres sources historiques, communications de contemporains, récits, actes officiels, contes et mémoire populaires, vestiges... Ils sont bien là, les chemins du quotidien, les lieux de culte et de travail, l’habitat et la population, travailleurs, religieux, nobles, lectourois de la fin du Moyen-Âge, derrière cette simple représentation à plat du territoire.

histoire carte lectoure gascogne moulin chemin moyen-age
La page de garde du livre terrier de 1491

Nous ne connaissons pas la genèse de ce travail. Une inspiration géniale et un travail de fourmi c'est sûr. La carte a été exécutée par Eugène Camoreyt, bibliothécaire de Lectoure en 1874, à partir du "livre terrier" de 1491. Un précieux document, conservé aux archives municipales, rédigé par les notaires lectourois du Moyen-Âge, à l'initiative des consuls, Guilhez de Pitrac en tête, qui a donné son nom à la salle forte qui domine la ville au nord-est, pour permettre aux propriétaires de faire valoir leurs droits (origine de propriété, limites physiques, occupation par un tiers…), et à la commune ou au seigneur de prélever l’impôt. Evidemment. Or, à cette époque pour décrire les confins d’une propriété, il fallait la situer par rapport à ses mitoyens et à la topographie, chemin, ruisseau, caractéristique du relief : telle maison se trouve à telle distance de telle autre ou de tel chemin, dans telle direction… A son tour la maison voisine se trouve à telle distance, au bord du ruisseau de... etc…

Sur une carte vierge sur laquelle il a tracé les repères présents de tout temps, rivière, ruisseaux, axes principaux et relief, Eugène Camoreyt a reporté les noms de lieux indiqués dans le livre terrier. De cette façon, progressivement, en partant des toponymes connus, comme un puzzle, le chercheur va composer une représentation plane, inédite, de « l’enclos de la ville et juridiction de Lectoure » selon la formule de 1491, décrivant un territoire à une époque où la cartographie était inconnue. Car les géographes Cassini n'ont développé la triangulation géodésique, nécessaire à une cartographie scientifique, qu'à la fin du 18ième siècle seulement, et, dans la foulée, l’administration napoléonienne le cadastre. Il faut donc considérer qu’Eugène Camoreyt a réalisé, avec trois siècles de recul certes, la plus ancienne représentation cartographique de Lectoure, depuis, au nord, au pied du Castéra-Lectourois, la Hillère (sans son moulin semble-t-il), jusqu’au sud, l’église de Pomarède (disparue depuis), et à l’ouest, depuis la maison forte du Mirail (où il doit bien y avoir quelques pieds de vigne) jusqu’à l’est, la grande forêt du Gajan que les consuls de la ville gèrent avec rigueur pour le bien collectif, charpente, menuiserie et bois de chauffage avec le reste.

Il faut être prudent cependant pour s’appuyer sur ce document car il comporte certaines erreurs dues au difficile décryptage d’une graphie ancienne mélangeant vieux gascon, formules latines et jargon juridique, ou à la méthode même de Camoreyt qui travaillait sans doute seul et surtout, avec les outils de l’époque. Les distances sont parfois également pour le moins perfectibles. Vive Google Maps et son satellite ! On pourrait imaginer reprendre, corriger et compléter ce travail à la lumière des recherches historiques dans notre ville sur les cent dernières années. Des volontaires ?

Si une carte n'est pas le territoire qu'elle représente*, ce document est néanmoins très émouvant car il nous transporte cinq cents ans en arrière. Prenons quelques exemples dans les domaines abordés deux fois par mois sur ce carnet.

 

CHEMINS

Les chemins sont nombreux, où peinent les charrois incessants à dos de mulet, en particulier ceux qui desservent la citadelle et sa bourgeoisie. Encaillassés et le plus souvent boueux, pentus, bordés de ronciers épais, ils vont au plus court.

Et puis il y a le grand chemin. Les jacquets passent à Lectoure depuis l'origine du pèlerinage au 11ième siècle. Ou plutôt contournent-ils notre ville. Les hôpitaux qui leurs sont ouverts sont installés hors les murs : la Peyronelle, à quatre kilomètres à l'est, Saint Jacques au faubourg. Comme l'indique la carte de Camoreyt, ce que nous appelons aujourd'hui Boulevard du Nord, notre périph' motorisé à sens unique et d'est en ouest, se nomme à l'époque La Peyragrana, La Pèlerine en route vers l’extrême Occident. Car le pèlerin n'est pas le bienvenu en ville. S'il est pénitent, c'est qu'il a fauté... un criminel peut-être ? Ou bien est-il porteur d'une maladie...  Sans compter les faux pèlerins, les "coquillards".

- Passe ton chemin l'étranger !

histoire carte lectoure gascogne moulin chemin moyen-age

 

MOULINS

Les moulins sont essentiels. Premiers industriels, les meuniers exercent le seul métier ayant recours à la force des éléments pour accélérer et amplifier le travail. Il en faut une dizaine autour de la citadelle pour fournir 5000 habitants en bonne farine.

Certain moulin que nous aimerions voir sur la carte n'y est pas, et il faudra chercher à comprendre pourquoi. Mais on en trouve un qui, au contraire, y est représenté et qui a disparu aujourd'hui bel et bien, à St Gény où sont indiqués deux moulins alors que nous n'en connaissons qu'un. Le bras secondaire du Gers qui apparaît sur la carte de Camoreyt, peut-être creusé par l'homme, est devenu de nos jours un vague fossé quasiment à sec à peine visible sur la photo satellite. En 1491, il y avait là le Moulin-Neuf. Voilà un candidat supplémentaire au recensement des moulins organisé actuellement par la Société Archéologique du Gers.

histoire carte lectoure gascogne moulin chemin moyen-age

 

LA VIE DES GENS D'ICI

On ne dira jamais assez l'importance de la foi religieuse dans la vie quotidienne de nos anciens. Camoreyt situe sur le territoire, cinq églises rurales. Trois d'entre elles subsistent aujourd'hui sous forme de toponymes: Saint Bars, Pomarède et Saint Orens. Deux échappent à la cartographie IGN: Saint Germain, qui serait à proximité de Lesquère, et Saint André, au nord de la commune, près de Milloc, que voici sur cette vue de détail.

histoire carte lectoure gascogne moulin chemin moyen-age

 

Modestes bâtiments, parfois simples oratoires, ces églises permettaient à quelque seigneur ou à une petite communauté de trouver refuge, spirituellement et éventuellement physiquement face à un agresseur dont on espérait qu'il y respecterait, intra muros, la paix de Dieu. Consacrées, offrant quelque maigre prébende à un chanoine de la cathédrale, elles pouvaient enfin être associées à un cimetière dont parfois émerge aujourd'hui un vestige de caveau dans un espace redevenu profane et parfois cultivé.

 

Enfin, nous ne revenons pas sur l’indice qui nous fait situer le domaine templier de Lectoure à l’emplacement actuel du Couloumé (voir ici le templier de Lectoure), indice que nous devons donc également à Eugène Camoreyt et partant, au terrier de 1491.

 

Ce registre a été rédigé à une période charnière. Quarante ans plus tôt, la fin de la guerre de cent ans et le départ des anglais de Guyenne et Gascogne après précisément 300 ans de présence. Charnière également à Lectoure bien sûr, puisqu’après le désastre de 1473, la ville se reconstruira et redeviendra une cité importante des royaumes de Navarre et de France, soixante-dix ans avant un nouveau déchirement, national et religieux celui-là. Enfin, évidemment, les historiens situent en 1492, date de la découverte de l’Amérique, la fin du Moyen-Âge.

Ainsi, la carte de Camoreyt est-elle l’image du pays de Lectoure entrant dans l’époque moderne.

                                                     ALINEAS

                                 _____carnetdalineas@gmail.com_____

                                                                       

* Pour le roman qui allait devenir son Goncourt, Michel Houellebecq a disputé le titre de notre alinéa à Michel Lévy. Houellebecq et Lévy étant tous deux inspirés par le philosophe Alfred Korzybski : « La carte n’est pas le territoire qu’elle représente ». Je ne vois pas de raison de me priver de poursuivre cette glorieuse joute. Si, grâce à ce sésame littéraire, ce cyber-carnet pouvait atteindre une diffusion plus conforme à mes fols espoirs…

Ce titre emprunté s’est imposé en imaginant concrètement la vie derrière la cartographie établie par le lectourois Eugène Camoreyt (1841-1905), auquel l’Histoire de notre ville doit beaucoup.

Il faut lire l’article de Wikipédia consacré au musée qui porte son nom et rend aussi hommage à cet obscur passionné.

Voir ici Eugène Camoreyt sur Wikipédia

 

ILLUSTRATIONS:

- Les Très riches heures du Duc de Berry, Musée Condé, Chantilly.

- Livre terrier de Lectoure 1491,  Service Archives municipales, Mairie de Lectoure

 

COMMENTAIRE D'UN LECTEUR:

- J'ai une objection sur "La Peyragrana, La Pèlerine" : peyra grana peut très bien s'analyser en "pierre grande", c'est exactement comme ça en gascon ; alors que pélerine serait plutôt peregrina. Et il y a bien "Peyrahariera" (pierre "farinière")...

Réponse: Merci beaucoup. L'objection est évidemment recevable et je regrette de ne pas l'avoir anticipée. Malheureusement, je ne maîtrise pas le gascon. Je dois y travailler... Sur le chemin de St Jacques nous avons trop tendance à focaliser et à tout ramener à ce pèlerin. Cependant, peut-il encore y avoir doute, débat, voire coexistence ? Avant de vouloir dire "étranger" comme on le voit un peu partout, l'étymologie latine de pèlerin donne: "per agra" cad "à travers champ" car le pèlerin ne va pas de ville en ville par la route mais il coupe au plus court à travers champ, évitant ainsi les contrôles, les péages... aujourd'hui encore.

 

Voir les commentaires

Rédigé par ALINEAS

Publié dans #Histoire

Repost0