Le chêne, matière à chef-d'oeuvre

Publié le 6 Avril 2021

chêne - arbre roi - gascogne - sessile pédonculé pubescent

 

 

crire un alinéa à propos du chêne me paraissait risqué, voire irrespectueux. Quelques lignes seulement pour un monument botanique, historique et culturel ? Quelle prétention ! C’est la raison pour laquelle j’ai d’abord chroniqué sur ses frêles voisins, la prêle (ici), le sureau noir (ici), l’arum (ici)… reportant prudemment l’instant d'oser. Mais, si ce cybercarnet devait finir un jour, et il finira, je m’en voudrais de ne pas avoir rendu hommage à l’arbre-roi. Je me souviens qu’enfant, je cueillais par poignées, de jeunes plants - gland germé, tige, première couronne de feuilles, racine pivotante et radicelles tout ensemble - pour approvisionner fièrement chacun et chacune de mes camarades de classe pendant la leçon de choses. Ça n’existe plus la leçon de choses ? Alors bloguons.

chêne - gland - glandée - porc noir gascon

 

En 2009, pendant la tempête Klaus qui ravagea la Gascogne, nous sommes restés confinés (déjà) plusieurs heures à l’abri de la partie supposée être la plus solide de notre maison, alors en chantier. Les rafales de plus de 120 km/h se succédaient, faisant trembler murs et plafond. Un fenestrou donnant sur le bois de Rajocan, au pied de la corniche calcaire s'étirant face à la citadelle de Lectoure, nous offrit l’une des plus terrifiantes visions de la nature déchaînée qu’il nous fut donné d’observer. Comme un gigantesque et invisible outil tranchant, chaque coup de vent imprimait aux chênes pluricentenaires ourlant le plateau de Bacqué, une gîte de quelques degrés, ouvrant autant de blessures béantes dans le paysage. Il fallut quatre à cinq heures de ce titanesque combat pour que ces mastodontes de plus de dix tonnes finissent de s’affaisser, vaincus par celui-là même qui tant de fois avait brassé mollement et pénétré intimement leur ramure offerte. Quelques touffes de racines léchant encore la glèbe, les chênes mirent plusieurs mois à agoniser, misérables dinosaures rampants blessés à mort, réclamant le coup de grâce de la tronçonneuse.

Comme un malheur n’arrive jamais seul, dans l’année qui suivit, les espaces libérés par les chênes abattus étaient colonisés à une vitesse et avec une densité invraisemblables par l’ailante, cet intrus importé de Chine au 18ième siècle pour son aspect ornemental, pour la culture du vers à soie et enfin à cause de notre incorrigible goût pour l’exotisme. Résultat, l’ailante, aux propriétés toxiques, désormais classé hautement invasif, sera très difficile à éradiquer. La citadelle de Lectoure est aujourd’hui cernée d’une armée qui ne lèvera pas le siège de sitôt.

Revenons à notre héros. En Gascogne, nous n’avons ni or ni pétrole, mais le chêne. Et cet arbre a offert à la région parmi ses plus précieux trésors. Allez, dans l’ordre : un toit, une table et les œuvres de l’esprit.

 

cagots de gascogne  - charpentiers - montaner - château de Phébus - Monein - église saint-girons - notre dame de paris - charpente
Charpente de l'église Saint-Girons de Monein

Voyons l'abri. Au Moyen-Âge, les cagots, ces parias suspects d’être descendants de lépreux et, pour faire bon poids, accusés de maux héréditaires et contagieux, totalement imaginaires, par l’ignorance des élites et par la malfaisance populaire qui va avec, interdits de tout contact avec l’eau et la terre nourricière, contre mauvaise fortune bon cœur, firent du travail du bois, matière encore par erreur considérée inerte, qui leur était concédée, leur spécialité. Et de père en fils, solidaires dans l’adversité, pratiquant une sorte de compagnonnage tribal, ils constituèrent la corporation des charpentiers, le métier englobant à cette époque la maçonnerie, progressant dans leur savoir-faire sur plusieurs générations, parvenant ainsi à une excellence que l’Église et la noblesse remarquaient, leur accordant alors protection et avantages financiers. Nous leur devons le château de Gaston Phébus, Montaner, et des charpentes de grande facture, par exemple celle qui nous est magnifiquement parvenue de l’église Saint-Girons de Monein dans les Pyrénées-Atlantiques ou celle de la cathédrale Notre-Dame de Paris au XIIIième siècle dont on connaît malheureusement le sort récent. Les chênes qui ont fourni les poutres maîtresses de ces ouvrages monumentaux ont poussé en futaille dense, bien droits, sans nœuds, donnant des billes de dix à vingt mètres de haut et d'un diamètre d’un mètre à la base. Incomparable et noble matière première.

 

armagnac - eau de vie - barrique - chai - chateau de salles - alambic - part dess anges
Le chai du château de Salles-d'Armagnac

La table à présent. J’aurais pu choisir le porc noir gascon qui transforme goulûment, élevage complété de quelques mois d’affinage, le tapis de glands de chêne en une joyeuse charcutaille. Ou bien une bonne poêlée de ceps tête-de-nègre (oups, il semble que ce nom ne soit plus politiquement correct, on dira "bronzés" à présent…) poussés en une nuit, tiède et humide, dans un coin de chênaie qui ne se partage pas. Mais il fallait choisir, et j’optais pour l’aygue ardente, l’eau de vie d’Armagnac.

Si l’alambic armagnacais n’est plus chauffé au bois, et cela n’a pas d’effet sur la qualité du distillat, l’eau-de-vie elle, devra vieillir en fut de chêne, exclusivement Sessile ou Pédonculé, les variétés gasconnes par excellence. Elle y gagnera cette belle couleur ambrée mais surtout son parfum et son goût spécifiques, composés par les aromatiques lentement restitués par le cœur de l'arbre, le duramen : vanilline, lactone, furane et tanins. « Comment a-t-on pu imaginer de faire tenir un liquide dans un montage de morceaux de bois fort difficile à assembler ? La barrique est bien une invention de poètes, l'imagination d'un peuple de rêveurs, insoucieux du temps et de la vie pratique, nos ancêtres les Celtes»*. Pour faire court, je dirais que celui qui a inventé la barrique … a eu du nez. Coupez du chêne, avec une scie à main bien sûr, ou bien avec une hachette ou une herminette de menuisier et humez. Vous sentez ? Peut-être la toute première fois a-t-on oublié un peu de fine blanche dans un gobelet en bois tout simplement ? Et puis, il faut dire que la barrique laisse s’évaporer lentement une part de l’alcool, qui se rapproche ainsi du degré recherché, et concentre les parfums. Évaporation que l'on appelle "part des anges", qui fait l’objet de savants calculs... de la part des agents du fisc cette fois.

Vins et spiritueux, part des anges, pays béni des dieux : nous sommes à table... et déjà ailleurs.

 

stalles chêne - choeur cathédrale sainte-marie - auch - sculpture bois - flamboyant - gothique renaissance
Détail des stalles du chœur de la cathédrale Sainte-Marie d'Auch

Au-dessus des contingences de nos besoins primaires, l'art sacré ne connaît pas l'urgence. Par exemple, l'artisan qui a taillé ce jovial angelot violoniste dans un bloc de chêne n'était probablement pas né, en tout cas pas à l'art de la sculpture, lorsque l'arbre a été abattu, débité, et mis à desséver pendant plusieurs décennies, en milieu anaérobie, à l'abri des champignons lignivores et des insectes xylophages, dans le secret de quelque étang abbatial. Prophètes, saints, scènes bibliques, sibylles de la mythologie gréco-romaine, figures fantastiques du bestiaire médiéval, faune et flore, plus de 1500 sujets composent les stalles de chêne du chœur de la cathédrale Sainte-Marie d'Auch. Un ensemble inestimable, trésor de la sculpture flamboyante, exécuté par des artistes restés anonymes, sur une période de 50 ans à partir de 1515. Ici, pierre, mosaïque, vitrail et bois s'agencent merveilleusement pour figurer la foi, mais aussi le doute métaphysique, le questionnement, incoercibles, et enfin l'esprit humaniste qui habitent ensemble la dernière cathédrale gothique.

 

forêt de chêne - ailante - semis galnds sélectionnés - coupe sélective - gestion forestière

Notre arbre est roi donc, mais nous l'avons vu, des dangers le guettent. Aux tempêtes successives, aux concurrents exotiques déloyaux s'ajoutent l'abroutissement des jeunes pousses par les chevreuils, aujourd'hui sans prédateurs, le développement urbain...  Le réchauffement climatique lui, affecte certaines espèces plus que d'autres. Le chêne Pédonculé, très présent en Gascogne, se révèle sensible au déficit hydrique. Sur les conseils des scientifiques et au vu d'expériences menées déjà depuis plusieurs décennies, les exploitants forestiers privilégient les plantations de chêne Sessile, gascon également mais moins gourmand, voire celles de la variété Pubescent, d'origine méditerranéenne. Ces techniques de "migration assistée" prouvent que l'exploitation du chêne, à condition qu'elle soit organisée, raisonnable et professionnelle, est garante de son avenir.  Un chêne arrivé à maturité, 150 à 200 ans tout de même, doit être abattu, avant de dépérir sur pied et de n'être plus exploitable. En outre, sans intervention humaine préparatoire puisque nous ne vivons plus en harmonie avec ce milieu, que nous ne sommes plus là pour utiliser le bois mort ni les animaux domestiques pour limiter le développement des broussailles, sous le vieux houppier une végétation désordonnée s'installe, empêchant l’émergence d'une nouvelle génération d'arbres, provoquant le développement d'un écosystème anarchique, inextricable, inaccessible, voire hostile pour l'homme. Quelques années avant l'abattage d'une parcelle de grands chênes, des coupes d'éclaircie sélectives doivent donc être entreprises. Des semis de glands sélectionnés organisés. Rapidement, à l'échelle de la nature, les jeunes arbres, protégés et éclaircis progressivement, se dresseront alors pour prendre la place de l'ancêtre avant qu'il ne soit abattu et ainsi régénérer régulièrement la forêt dont a besoin le bâtisseur et accueillante au promeneur.

Le poète lui, saura toujours cheminer un peu plus loin, en secret, là où la nature prend son temps et fait bien les choses malgré tout. Là où le chêne né, grandit et meurt libre.        

                                                                                   ALINEAS 

 

poésie chêne forêt

 

PS. Parmi les chênes européens, le chêne pédonculé et le chêne sessile sont les principales essences à vocation économique. La France, avec 4,5 millions d’hectares, possède 30 à 40 % de la superficie couverte par ces deux essences en Europe. Elle est ainsi le premier pays producteur de chênes en Europe et deuxième dans le monde, après les États-Unis. La France est donc par excellence, le pays des chênes. https://fr.wikipedia.org/wiki/Ch%C3%AAne

Je vous recommande le site de la société EcoTree, bretonne comme son nom ne le dit pas. Un concept très intéressant : vous pouvez pour quelques euros, acheter ou offrir un arbre ou vous abonner à une forêt !!! https://www.lepoint.fr/societe/ecotree-la-start-up-qui-vend-des-arbres-pour-sauver-les-forets-29-05-2019-2315818_23.php

* Pierre Boujut, tonnelier, dans Des métiers et des hommes au village, de Bernard Henry, 1975.

 

BIBLIOGRAPHIE : Elle pourrait être abondante mais on se contentera du magnifique et lui-même très documenté " Le chêne, arbre roi de Gascogne " de Chantal Armagnac, photos de Jean-Bernard Laffitte, aux Editions Le vert en l'air.

 

PHOTOS  Avec nos remerciements aux photographes et sociétés:

Titre : Johan Jaritz . Wikimedia Commons

Église Saint-Girons de Monein : Marjac . Wikimédia

Chai - Armagnac du château de Salles : http://www.chateaudesalles.com

Stalles de la cathédrale Sainte-Marie d'Auch : Sylvie Hannoyer http://www.gersicottigersicotta.fr

Contrejour forêt de chênes : https://ecotree.green

Glands et Arrière-plan de poème de Victor Hugo : Michel Salanié

  

Rédigé par ALINEAS

Publié dans #Botanique

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article