L'hôpital du Saint-Esprit de Lectoure, (suite) : ses biens et ses ressources.

Publié le 21 Janvier 2022

 

Nous avons révélé dans un précédent alinéa les origines de l'hôpital du Saint-Esprit de Lectoure. Créé par la commanderie bretonne du Saint-Esprit d'Auray au 14ième siècle, installé à l'emplacement de l'actuel hôtel des Doctrinaires, cet établissement  a probablement été doté à l'origine par le vicomte de Lomagne soucieux de respecter ainsi la première des obligations du bon chrétien, la charité. Puis, nobliaux ou bourgeois, les lectourois plus ou moins fortunés également désireux d'assurer leur vie éternelle, ce qui n'est pas exclusif d'une pure générosité, ont complété progressivement le domaine du Saint-Esprit.

Il faudra aménager ce bâtiment et ses dépendances, les entretenir, et louer ce qui peut l'être, en particulier le domaine agricole, afin de générer des revenus réguliers permettant de loger, nourrir et soigner les malades et les pauvres, qui sont légion à l'époque, et de rémunérer les hospitaliers laïcs. 

Le cadastre napoléonien garde la mémoire du domaine de l'hôpital, ici à Navère

 

Les comptes de l'hôpital, Condes de l'espitau deu Sant Esperit de Laytora de 1457 à 1558 * nous sont parvenus et sont une source précieuse d'informations sur la vie, non seulement de l'établissement charitable, mais également celle de la ville elle-même. En 1457, le comte Jean V est surtout préoccupé par sa relation orageuse avec Louis XI. Cependant, il reçoit les délégations des représentants de la ville dans l'église Saint-Esprit, probablement du fait de sa capacité d’accueil et peut-être pour éviter d'ouvrir la porte de son château.

L'hôpital lui, est géré par deux bourgeois élus pour un an, les gouverneurs, sous le contrôle des consuls de la ville. Cette situation n'est pas spécifique à Lectoure. L'ordre du Saint Esprit a, dès l'origine, sollicité ce contrôle laïc et ce parrainage dans ses maisons, pour libérer les hospitaliers de cette tâche, et sans doute afin d'intéresser la collectivité et se mettre sous sa protection. Mais en même temps, un trop grand nombre d'établissements a été créé, dispersé en France et dans les royaumes voisins, et il semble que les effectifs religieux soient insuffisants voire absents. A Lectoure comme dans toutes les villes, les municipalités vont donc devoir prendre le relais lorsque l'ordre du Saint-Esprit sera défaillant.

Un comptable au Moyen-Âge

 

Jugeons-en. Le premier état des lieux dressés par les gouverneurs de l'hôpital en 1457 est éloquent :

Il fut trouvé dans la chambre où dorment les pauvres quatre couettes de petite valeur

- quatre traverses de peu de valeur

- trois couvertures de lit de peu de valeur

- cinq ciels de lits de bois dont deux neufs et les autres de peu de valeur

- deux petits bancs de bois

- deux tables à quatre pieds de cœur de chêne de peu de valeur

- 23 draps desquels 7 étaient bons et les autres de peu de valeur

- deux coffres, un avec clef, l'autre sans clef ni couvercle,

- un tonneau de bois assez bon

- trois vieilles cuves de peu de valeur

- une serpillière bonne

On le voit la capacité de l'hôpital est très limitée et le mobilier réduit à l’extrême. Les instruments de cuisine sont évoqués l'année suivante : un vieux chaudron...  une canette d'étain et une crémaillère... Il n'y est aucunement question de pharmacie ou de médecine.

On estime que la capacité du Saint-Esprit s'est élevée plus tard jusqu'à vingt à trente lits.

Il faut à l'origine, voir dans cette institution essentiellement un lieu d'accueil, un refuge pour les indigents, plus qu'un établissement de soins. Le terme ospital en vieux français ou espitau en gascon étant d'ailleurs traduit indifféremment par hôpital ou hospice.

L'hôpital, appelons-le ainsi, a des revenus agricoles que les deux gouverneurs enregistrent sur le livre de compte et réclament en temps et heure aux débiteurs. Parmi les terres de rapport nous relevons Navère, Lesquère, les Pierres-blanches (autour de notre actuel quartier des Justices), Boulan, Mourenayre, des vignes à Cardès, Manirac et Corn, à Ricarde sur la rive gauche du Gers, une plantation de saule pour la vannerie, aubareda que es dela Gers etc... Les loyers sont payables en nature bien sûr. Le vin et les céréales sont revendus pour être consommés sans délai. La céréale conservée pour la consommation de l'hôpital est stockée dans la même pièce que les draps, non pas par manque de place mais parce que ce sont tous deux des biens précieux qu'il convient de surveiller et que la pièce est choisie pour son hygrométrie. A une époque où les bâtiments sont humides et froids, le problème de la conservation alimentaire est difficile.

L'hôpital est également doté de matériels et de locaux dont ne disposent pas les petits exploitants et auxquels il facture son utilisation : pressoir, chai, greniers pour le séchage des noix ou d'autres récoltes... Mais le local du pressoir est souillé à plusieurs reprises, par les moutons du Sénéchal puis les chevaux des pauvres (pauvres mais cavaliers !).

Le Saint-Esprit est copropriétaire du moulin de Repassac, en partage avec l'évêque et le comte, avec le seigneur de Galard, officier de Louis XI, après le siège de la ville et la fin de la maison d'Armagnac. Il reçoit à ce titre du meunier son quota de farine tout au long de l'année. Mais il faut régulièrement remplacer les meules. Une meule coûte 1 écu, 13 gros 1/2 (le gros vaut 16 deniers tournois). Ceci est une preuve s'il en fallait, de la dotation originelle noble de l'hôpital Saint-Esprit qui est également copropriétaire pour un cinquième d'une ferme, lo bordiú, que nous ne localisons pas.

 

Les donations se poursuivent, plus ou moins importantes. Nous reçûmes d'Arnaud Guilhem Depossi trois couettes et trois traversins neufs, sans plume.... Il fut donné par certaines autres personnes de la ville, deux serpillères et deux draps assez bons. Si l'établissement d'accueil paraît sommaire, mais il faut resituer ces données à l'époque, les revenus sont donc conséquents. Ainsi, les gouverneurs peuvent-ils faire entretenir le matériel et les bâtiments. Les cuves sont recerclées à neuf... On achète de la graisse pour colmater le bois du pressoir, des clous pour latter le toit... L'équipement destiné à l'accueil et aux soins des pauvres et des malades lui-même est complété. Nous dépensâmes et payâmes au tisserand qui fit le drap... nous achetâmes une cruche et un cruchon pour tenir l'eau pour les pauvres... et 22 livres de plume. Nous achetâmes de Gayssion Foassin deux canes de rousset pour faire une robe (robe de bure) à l'hospitalière à 11 gros la cane.

L'hôpital n'est pas dispensé de l'impôt : 1 écu, 2 gros au titre de la taille versée aux consuls de la ville en 1458.

Ceux qui viennent mourir à l'hôpital espèrent bénéficier d'une sépulture, au plus près de l'église, qui leur assure, ils l'espèrent, d'être présentés au jugement dernier. C'est une des missions essentielles du Saint-Esprit. Or, pour la remplir tout à fait, l'hôpital devra régler le prix de la messe funéraire de l'indigent au chanoine titulaire de la chaire du Saint-Esprit ! Tout se monnaie et le clergé séculier ne fait pas de cadeau.

Nous fîmes faire des draps de lit que nous donnâmes à l'hospitalier pour les mettre aux lits des pauvres en plusieurs fois, 6 draps et un linceul pour un jeune homme qui était mort à l'hôpital ; coût 30 livres de lin et d'étoupe données pour l'amour de Dieu, que nous fîmes filer à 3 liards par livre, total 15 gros.

 

Les morts laissent en général leurs biens à l'hôpital qui les a soignés. Un bâtard, fils adultérin de quelque noble qui ne s'est pas fait connaître, laisse son cheval. L'hôpital l'adopte pour son service et pour cela lui fait fabriquer un bât. On suppose que s'il eût été destrier et de valeur, on aurait plutôt choisi de le vendre. Ailleurs, une morte lègue son champ, un autre une maison.

Le Saint-Esprit gère plusieurs petits hospices répartis sur son domaine eux-mêmes qualifiés "espitau". Ainsi voit-on apparaître dans les comptes, des dépenses pour l'hôpital Nostra Dona de Correge c'est-à-dire Notre Dame des corroyeurs, que nous situons approximativement dans l'actuelle vallée de Foissin, ruisseau un temps nommé "riú correge" avant que "Saint-Jourdain" puis "Ruisseaux" ne s'imposent. Les dépenses concernant cette annexe reviennent souvent et sont conséquentes (37 journées de deux âniers et leurs bêtes pour y porter de la pierre !). On y accroche une lanterne (coût : deux gros). Les dames y font la quête, ce qui laisse supposer un potentiel important, dira-t-on aujourd'hui en langage de marketing, à rapprocher du calme de l'actuel quartier des Ruisseaux.

Le Saint-Esprit gère également l'hôpital Saint-Jean de Somonville, parfois dit "Saint-Jean d'Abrin", rive gauche du Gers. La maison dite "À espitau" est proche de la ferme de Saint-Jean de Somonville, qui existe toujours aujourd'hui et qui appartiendra dans les dernières années du 15ième siècle à Manuel et Jean Despitau. Un nom de famille qui laisse supposer que l'on est en présence de descendants d'un pensionnaire de l'hôpital ayant progressivement pris possession de ce domaine. Les comptes précisent effectivement que la terre y est louée à la commanderie d'Abrin située au sud de La Romieu, travaillée par un cagot, descendant de lépreux et attaché au Saint-Esprit, et que les deux hôpitaux sont "unis". Nous sommes-là sur le domaine de l'ordre de Malte, peu actif à Lectoure sauf pour prélever la dîme, qui a délégué au Saint-Esprit la gestion de cette annexe et sa mission hospitalière.

Le Saint-Esprit installera également un hospice dans les environs du ruisseau de Bournaca, dit Espitau de Santa-Ribeta, dont nous savons peu de choses. Pour le construire, on vend les terres de Boulan. Rapport : 13 écus pour un premier versement.

Ce processus de création d'annexes est caractéristique de l'époque. L'hôpital va vers la population qui ne peut pas se déplacer que ce soit pour bénéficier de son secours ou pour contribuer à son financement. Le Saint-Esprit ne peut pas espérer remplir sa mission en restant intramuros. De même que l'église installe des oratoires et des chapelles pour rassembler une population disséminée sur un grand territoire, et drainer des prébendes il faut bien l'avouer, l'hôpital investit les campagnes en s'appuyant sur son domaine et sur les donations dont il bénéficie. Cependant, cette dispersion des moyens ne favorisera pas son efficacité.

Les charrois de toute sorte coûtent très cher à l'hôpital. Le pays est étendu et le relief escarpé. Pour un transport de pierres et de charpenterie, il faut louer jusqu'à trois paires de bœufs. La charrette et les conducteurs en sus. L'hôpital ne peut pas se contenter, comme le fait certaine noblesse, d'entretenir son périmètre. Les pauvres (entre 20 et 40% de la population) et les malades sont nombreux et l'entreprise est colossale.

Sur le chemin de Lagarde-Fimarcon à Lectoure, À Espitau, propriété des Sieurs de Marcous Despitau. Détail du plan du dîmaire de l'Ordre de Malte.

L'hôpital du Saint-Esprit est en relation avec les autres hôpitaux de la ville et l'on se rend des services. " Il fut pris de l'hôpital Sainte-Catherine du Pont-de-pile un cent de tuiles que nous devrons leur rendre". En effet, les comptes du Saint-Esprit démontrent l'intense activité charitable de Lectoure. Parce que la misère règne et, il faut le redire, parce que le message des évangiles interprété par le clergé est comminatoire. La ville dénombre une demi-douzaine d'hospices, à La Peyronelle sur le chemin de Saint-Jacques, au Castanh, au faubourg Saint-Jacques et un autre Saint-Jean... et là encore, on peut s'interroger sur les conséquences de la dispersion des efforts.

Les pèlerins, nombreux, souvent malades, handicapés ou épuisés, ont recours à la charité de l'hôpital. Mais la lèpre et toutes sortes de maladies que l'on craint contagieuses amènent les consuls à interdire l'entrée des étrangers en ville. Le Saint-Esprit fait alors construire à ses frais une cabane au-dessus de l'hôpital Saint-Jacques, au faubourg, avant la barbacane de la porte d'entrée est.

Mais les religieux, les hospitaliers et les gouverneurs de l'hôpital ne sont pas isolés. La charité est l'affaire de tous. Chaque année "las damas", évidemment bourgeoises, parmi lesquelles certainement les épouses des gouverneurs et des consuls qui doivent apporter leur écot à l'engagement généreux de leurs maris et ainsi tenir leur rang, procèdent à la "quête du fil". La quête en monnaie sonnante et trébuchante ne rapportant que peu, les dames charitables quêtent également du fil qui permettra la confection de linge. On file dans toutes les maisons, qui pourrait refuser ? "Nous dépensâmes et payâmes au tisserand qui fit le drap du fil qu'on avait donné aux dames pour l'amour de Dieu : 9 gros". On quête à pâques, le vendredi saint, à la saint Martin, les dimanches, les dames mais également les hospitaliers, rémunérés pour ce faire. Et certains bénévoles à tour de rôle, mais les gouverneurs sont amenés à leur payer à boire ! sans doute un jour de grande chaleur. On quête à Pentecôte bien sûr, la fête de l'Esprit saint et ce jour-là, par décision papale, jusque sur le territoire de monseigneur l’Évêque. Concurrence...

Si l'hôpital génère une certaine activité économique, il semble que ce soit pour une part en circuit fermé. Le livre de comptes fait apparaître que les débiteurs sont souvent également créanciers. Cependant, quelques achats de produits introuvables sur place conduisent des commissionnaires à se déplacer, engageant une dépense exceptionnelle, à Toulouse pour un couvre vitre (?), le livre de compte lui-même, il n'y a pas de papetier à Lectoure, et encore, à la foire de la saint André, quatre couvertures, ou à Layrac pour une meule dite de Buzet...

Malheureusement les détournements de fonds charitables ne sont pas un dévoiement réservé à notre époque moderne. L'histoire est racontée par le docteur de Sardac, ancien maire de Lectoure dans son Étude sur l'assistance publique à Lectoure aux XVe, XVIe et XVIIe siècles, déjà citée. La clôture des comptes annuels de l'hôpital donne lieu à des agapes rassemblant gouverneurs et consuls. Certaines assemblées sont très raisonnables, d'autres dépensent allègrement et de façon disproportionnée en regard du budget général. En 1497 on mangea un repas digne de Pantagruel, des oies, des œufs, des épices, du mouton, une salade de viande, des tartes, du lait caillé, de la fressure de chèvre, tout ceci arrosé de vin blanc et rouge. Le tout pour 1 écu et 2 gros, soit un mois de dépenses générales de l'hôpital et la moitié de ce qui est donné aux malades sur une année !

 

Sont-ce ces errements, le désintérêt croissant de la bourgeoisie pour la religion ou bien le besoin de fédérer les bonnes volontés ? le 16ième siècle verra la reprise en mains de l'ensemble des activités charitables par l'église. Dès 1535, un Bureau des pauvres présidé par l'évêque contrôle les comptes des gouverneurs de l'hôpital et l'ensemble des activités charitables des consuls. En 1566, délabré, l'hôpital au nord-est de la ville est abandonné. Les pauvres et les malades sont regroupés au quartier Guilhem Bertrand (au sud de la ville). En 1656, sous le règne de Louis XIV, les hôpitaux généraux sont institués pour régler de façon autoritaire le problème de la mendicité. L' hôpital refuge devient asile d'internement. Un recul sur le plan de l'évolution de la santé publique qui s'exprime dans le dicton "C'est l'hôpital qui se moque de la charité" tant les deux systèmes étaient dans le même état d'indigence sur le plan des connaissances et de la pratique de la médecine. A Lectoure, il faudra attendre encore un siècle (1758) pour que la construction d'un hôpital digne de ce nom débute à l'emplacement du vieux château des comtes d'Armagnac et un siècle de plus pour qu'il soit totalement achevé. Avant l'avènement de la médecine moderne, la mission que s'était donnée Gui de Montpellier en 1180 et la présence bicentenaire de l'ordre du Saint-Esprit à Lectoure ont toutefois, pendant deux siècles, permis de soulager les maux de générations de malades, estropiés, indigents, femmes seules, orphelins et pèlerins. Il faudra évoquer les hospitaliers qui ont consacré leur vie à cette œuvre admirable.

A suivre.

                                                                        Alinéas

 

 

* Comptes de l'hôpital du Saint-Esprit de Lectoure, 1457-1558, transcription et traduction d'Elie Ducassé, Société Archéologique du Gers.

 

ILLUSTRATIONS :

- L'hospice, Jacques Caillot, 1617.

- Cadastre napoléonien, Lectoure section de Navère, www.archives32.fr

- Un comptable au travail. Lettrine du compte de Mathieu Regnault, receveur général du Duc de Bourgogne pour l’année 1426-1427. Archives départementales de Côte d'Or.

- Calendrier du Rustican, 1306. Pietro de Crescenzi. Juillet et octobre.

- Sépulture, Ordre charitable protestant de Saint Jean , ville de Weibensee, détail.

- Dimaire de l'ordre de Malte, 1782, Archives de Lectoure.

- Le banquet du paon, Le Livre des conquêtes et faits d’Alexandre, vers 1446. Musée du Petit-Palais, Paris.

 

 

 

 

Rédigé par ALINEAS

Publié dans #Histoire

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
K
Que d'heures, je suppose, passées à décrypter les vieux grimoires et écritures anciennes !... Le résultat est, comme d’habitude, passionnant et vivant. On les voit vivre, ces hospitaliers et gouverneurs. Merci pour ces évocations si bien écrites.
Répondre
V
passionnant, merci!!! bonne journée. cathy
Répondre