La randonnée des moulins - Moulins à eau et à vent - Histoire et techniques.

Publié le 20 Septembre 2021

journées européennes du patrimoine  Lectoure 2021 - randonnée des moulins - de moulin en moulin

 

Le thème des dernières journées Européennes du Patrimoine : "Patrimoine pour tous". Joli programme. Inciter ceux qui n'y vont pas spontanément, à découvrir les musées près de chez eux. Ouvrir les portes des bâtiments publics, exploités au quotidien et dans l'ombre par les fonctionnaires et les agents des services publics. Profiter de la générosité de particuliers propriétaires de magnifiques intérieurs, heureux de partager pendant quelques instants leur passion de la conservation et de la rénovation.  Et si le patrimoine était également devant nos yeux ? Accessible tous les jours. Tout simplement. Les randonneurs le savent : le paysage de nos campagnes est un trésor inestimable. La nature, le silence, la lumière changeante... et puis les bâtiments ponctuant le cheminement qui ont une histoire, parfois modeste mais c'est notre histoire. Les fermes, les fontaines, les chapelles... Et les moulins dont on ne répètera jamais assez qu'ils ont occupé une place centrale dans l'évolution de notre civilisation : économique, technique, culturelle, écologique.

 

 

ous recensons 20 moulins à eau et 25 à vent sur notre commune. Respectivement 60 et 91 sur le canton. A partir de là, il était intéressant de proposer une balade qui permette aux amateurs de marche à pied, certains participants connaissant d'ailleurs parfaitement le circuit choisi, de s'arrêter quelques instants devant les moulins transformés en habitation principale ou secondaire, sans oublier les "moulins perdus", enfouis sous la ronce et sous la berge remodelée à chaque crue. La randonnée des moulins a donc eu lieu à deux reprises, les samedi 18 et dimanche 19 septembre. Suivez le guide.

 

randonnée des moulins  Lectoure - circuit

 

Le point de rassemblement proposé, la Mouline de Belin, permettait de gagner une petite demi-heure et surtout d'éviter un dénivelé positif de 50 mètres en fin de randonnée... Mais pour ceux qui voudront refaire ce circuit, on pourra partir du parking du cimetière Saint-Esprit, au pied du bastion du château. Cette option est intéressante au titre de l'histoire des moulins. Tout d'abord, la descente vers les Ruisseaux permettra d'avoir une jolie vue (la seule) sur le moulin de Repassac dans son velours de peupliers, un lieu central de l'histoire de Lectoure qui est moins reluisant de près, transformé en prise d'eau potable sur le Gers, clôturé à ce titre, et doté d'une aire mi-parking, mi-containers à déchets. Ce n'est pas une critique, c'est l'histoire... Deuxième intérêt à ce départ en ville, le chemin dit aujourd'hui "de la Mouline" était au 15ième siècle connu sous le nom de "chemin farinier" ! Non pas qu'il ait été enfariné, la mouture étant bien trop précieuse pour être gâchée, mais les ânes et les garçons meuniers des quatre moulins regroupés ici s'y croisaient en un va-et-vient incessant pour alimenter la citadelle forte de ses 5000 bouches à nourrir.

chemin de la mouline lectoure - peyra hariera - carte de camoreyt - terrier
La Peyrahariera sur la carte Camoreyt, établie sur la base du Terrier de 1491.

 

Mais commençons par la Mouline de Belin, puisque nos deux groupes, celui de samedi, une douzaine de courageux, sous la pluie, puis le dimanche, près de 50 chanceux sous un ciel presque estival, se sont rassemblés ici. Avec celui de Lesquère sur le ruisseau du même nom (chemin PR n°4) et la tour de la Mothe, sur le Gers, accessible depuis la route de Nérac, la Mouline de Belin, loin de son apparence champêtre actuelle, est de type moulin-salle ou moulin-donjon. Un premier niveau aveugle abritant le rouet immergé, la meule à l'étage, l'entrée principale accessible par une passerelle amovible, et l'habitation au dernier niveau, coiffé sans doute à l'origine, d'un chemin de ronde en encorbellement (la génoise est tardive, importée à la Renaissance par les compagnies de gascons heureux d'être revenus de leurs campagnes d'Italie).

mouline de belin lectoure - mouln fort - moulin donjon - moulin salle - moulin médiéval
Vue reconstituée de la Mouline à l'origine, au pied de la citadelle.

Mais pourquoi cette architecture du type salle forte, monumentale et menaçante, pour un moulin meunier que l'on persiste à imaginer bien paisible ? A cette époque, au 13ième siècle, la Gascogne est divisée entre l'Aquitaine appartenant à la couronne d'Angleterre, et le Languedoc vassal direct du roi de France, Foix, Toulouse, Quercy... Et la ligne de front passe ici... On bataille dur. Chaque seigneur, petit ou grand, choisit son parti ou navigue de l'un à l'autre, et affiche également sa puissance supposée pour faire valoir ses droits féodaux, c'est-à-dire financiers : sur ce ruisseau, droit de passage sur le chemin vers Sainte-Mère (la route nationale n'existe pas), le péage de l'époque, et droit de mouture imposé aux paysans attachés au domaine féodal, domaine que nous ne connaissons plus malheureusement même si des hypothèses sont avancées mais ceci est une autre randonnée. 

Par ailleurs, Lectoure derrière ses remparts ne sera jamais emporté par la force. Cependant, l'ennemi sait qu'en neutralisant la dizaine de moulins autour de la ville forte, la famine viendra rapidement à bout des velléités de résistance. Patience et longueur de temps... Peu capable de résister face à une armée et le meunier ayant décampé, ce moulin aura sans doute servi de campement à quelque soldatesque faisant le siège de la capitale d'Armagnac en 1473. Abandonné, le moulin pourtant "fort" tombera en ruine et ne sera relevé qu'au 16ième par un certain Belin, pour quelques tours de meule supplémentaires avant d'être définitivement désaffecté et transformé en habitation collective au 19ième. Puis en maison d'hôtes. O tempora, o mores, autres temps, autres mœurs.

En aval, nous dépassons Lafond-Chaude, puis les hameaux des Ruisseaux et de Saint-Jourdain. Ici pas de moulins semble-t-il. Mais ce paisible vallon a cependant été la zone industrielle lectouroise avant l'heure. Lavandières, pisciculture, vannerie, teinturiers, tanneurs, foulons... tous les métiers ayant besoin d'eau étaient naturellement installés ici. Le pluriel "Les Ruisseaux" est d'ailleurs significatif. Le cours d'eau devait être divisé autrefois en deux ou trois bras parallèles, dont les fossés gardent encore aujourd'hui la trace, chacun desservant un ou plusieurs ateliers, regroupés par nature d'activité. Un document du 13ième nous apprend que ce cours d'eau portait le nom de Riu Correge, le ruisseau des corroyeurs, fabricants de lanières et d'accessoires en cuir, une activité particulièrement importante et prestigieuse à l'instar de la filature, à l'époque de l'omniprésence de la cavalerie et de la traction animale.

chemin des ruisseaux lectoure - hameau de saint jourdain - les moulines
Perpendiculaire à la peupleraie du Gers, le chemin du Ruisseau, le hameau de Saint-Jourdain et les 3 moulines

Enfin, avant de quitter ce vallon, trois moulins sont regroupés dans un mouchoir de poche. La Mouline de Roques, la Mouline et la Mouline de Cardès, très anciens établissements puisque les coutumes de Lectoure du 13ième siècle les mentionnent, même si le bâti visible aujourd'hui a sans doute beaucoup changé.

chute d'eau moulin - mouline de roques - mouline lectoure

L'explication de cette concentration est simple : un dénivelé, une marche rocheuse permet de donner au cours d'eau la puissance nécessaire pour actionner une meule ou une mécanique de plusieurs centaines de kilos. Il a donc fallu se serrer un peu et partager l'aubaine de cette chute précieuse. Nous avons là, réunis, les fondamentaux du moulin hydraulique : l'investissement capitalistique, la source d'énergie, l'eau bien sûr, et le dénivelé qui amplifie la capacité énergétique du cours d'eau.

La Mouline de Cardès elle, présente une position haute qui peut intriguer. Elle devait être alimentée à partir d'une prise d'eau en amont et d'un bief courant à flanc de coteau. Le nom de "Cardès", le chardon en gascon, laisse penser à une activité de carderie. L'apparence actuelle de cette jolie gasconne, qui n'a pas l'allure d'un moulin meunier, plaide dans ce sens.

La marche rocheuse qui nous offre cette jolie cascade a une seconde utilité : elle donne au moulin qui subit par son mouvement mécanique et du fait des crues des contraintes colossales, même sur un petit cours d'eau, une assise solide, une fondation stable. Un moulin installé sur un terrain meuble n'aurait pas une espérance de vie bien longue.

A la sortie du vallon de Foissin, la station d'eau potable de Lectoure et de sa région est installée sur l'emplacement d'une ancienne villa gallo-romaine dite d'Estoube, dont les vestiges ont été étudiés lors de fouilles archéologiques menées par l'Inrap. Je ne suis pas compétent en la matière mais on me permettra de penser que cette "villa" n'était peut-être pas, malgré sa conception apparemment classique, un simple lieu de villégiature, d'autant que la zone est risquée, mais bien une installation artisanale exploitant, déjà, les capacités productives du cours d'eau.

En passant du vallon de Foissin à celui de Bournaca, face à la vallée du Gers, il faut évoquer les grands moulins installés sur la rivière. Saint Gény, peut-être le plus vieux moulin de Lectoure puisqu’il appartenait à l'abbaye fondée au 10ième siècle. Repassac, à cheval sur un bras artificiel de la rivière (arriu passat) qui a sans doute été le plus important fournisseur de la ville, avec pour copropriétaires les deux coseigneurs de la ville, l'évêque et le roi d'Angleterre, puis le roi de France ou son vassal le comte de Lomagne, et également l'hôpital Saint-Esprit au 15ième siècle. Enfin, le plus mystérieux, le moulin-salle de La Mothe, rive gauche, sur le domaine de l'ordre de Malte, mais la documentation nous manque pour développer son histoire. Rive droite, de l'autre côté du pont-barrage qui finit misérablement de s'effondrer à chaque crue du Gers, un autre moulin de La Mothe, plus récent, a brûlé au début du 20ième siècle.

moulin de saint gény - repassac - tour de la Mothe - la motte Lectoure
Sur le Gers, d'amont vers l'aval : Saint-Gény, Repassac et La Mothe.

 

Repartons vers l'Est, par le charmant vallon de Manirac, ou Santa Ribeta au Moyen-Âge. Le ruisseau est dit de Bournaca aujourd'hui. Les noms de ces petits cours d'eau ont varié dans le temps et en outre, ils changeaient d’appellation, portion après portion, au gré des domaines qu'ils traversaient. Notre cadastre moderne va-t-il figer la toponymie ?

Nous arrivons à la Mouline de Bazin, si joliment rénovée. Voilà enfin une histoire bien connue puisque nous disposons du contrat par lequel le seigneur du Castéra-Lectourois, Paul de Polastron, noble de Mouna et de Bazin, a commandé en 1662 à ses charpentier et maçon, la construction d'un moulin à deux meules. De deux moulins même puisqu'en investisseur au fait des impératifs techniques et économiques de complémentarité des énergies et de productivité, un progressiste finalement, il fera construire en même temps le moulin à vent du même nom sur le plateau.

 

mouline de bazin lectoure - bournaca
Les deux rouets sous les voutes, les deux paires de meules au-dessus.

 

Bazin nous donne l'occasion d'évoquer la mécanique meunière des pays de langue occitane, des Alpes à l'Atlantique. Chez nous, pas d'aube accrochée à l'extérieur et basculant verticalement dans le cours d'eau passant à l'extérieur du bâtiment, une vision trop ancrée dans notre référentiel par les peintures classiques. ici au contraire, l'eau pénétrant sous le bâti, conduite en force par un canon à eau, actionne une roue à plat appelée rouet, immergée dans la salle voutée et reliée directement, par un axe, à la meule installée à l'étage supérieur. L’ancêtre de notre turbine industrielle. Pas d'engrenage d'angle. Simple et efficace. A Bazin, la retenue en amont permettant d'animer le système a été comblée pour le bonheur du jardinier d'aujourd'hui, mais elle est encore parfaitement visible au cadastre napoléonien.

mouline de bazin - vallon de bournaca - manirac lectoure
La Mouline de Bazin

 

Au bout du chemin qui longe le ruisseau de Bournaca, signalons le moulin disparu de Picat, uniquement mémorisé par les cartes anciennes, alimenté par la source de Tarin, quelques moellons moussus sur le GRP Coeur-de-Gascogne en direction de Saint-Avit. De même, dans la côte en direction de Baqué (LE dénivelé positif de cette randonnée, 70 mètres tout de même), un hameau entier, d'une quinzaine de maisons, la Coustère, encore présent sur la carte IGN de 1950, a complètement disparu non pas d'un coup de baguette magique, ou diabolique, mais du fait du remembrement agricole. Ne subsistent, blottis dans le bois au pied du plateau rocheux, que la source et un lilas qui fleurit fidèlement.

Après un bel effort, arrivés sur le plateau, avec une vue à 360°, nous pouvons évoquer les moulins à vent, introduits en Gascogne plus tardivement, bien qu'ils soient connus depuis la haute antiquité, mais le vent étant de direction variable et imprévisible il faut que le moulin pivote pour ajuster sa prise, ce qui implique un système de rotation des ailes sur un axe vertical, coûteux, complexe et nécessitant un entretien régulier, s'ajoutant à la mécanique meulière elle-même. Les moulins à vent se sont cependant multipliés à partir de la Révolution, les droits seigneuriaux abolis et l'emprise au sol très réduite permettant d'envisager un rendement intéressant. Chacun a pu ainsi oser l'aventure. Un nombre d'intervenants qui n'a pas été dans le sens de la rentabilité et à peine cent ans plus tard ces micro entreprises ont périclité l'une après l'autre sous les coups de boutoir de la vapeur, de l'électricité et du transport ferroviaire donnant à la minoterie industrielle un avantage concurrentiel puissant et définitif. Jusqu'à ce que des amoureux du patrimoine meunier, déterminés et efficaces, relèvent les ruines de ces fantômes de nos coteaux.

 

moulin à vent de bazin - lectoure - castéra lectourois
Le moulin à vent de Bazin

Il y a à peine deux ans, au cours de cette même randonnée, je vous aurais désigné un fût éventré et décapité, vestige misérable et indigne de cette noble industrie. Aujourd'hui Bazin à vent navigue fièrement entre les ondulations de cette terre à blé et de merveilleux nuages.

Au sud, Lectoure a vu tourner les ailes de 10 moulins à vent, sur quelques centaines de mètres seulement, depuis Laucate jusqu'aux Justices ! Et aucun peintre, aucun photographe pour immortaliser ce tableau donquichottesque dont il faut aujourd'hui chercher les vestiges entre un quartier pavillonnaire, une route nationale et un supermarché.

Aussi, pour prolonger un peu le plaisir de ce voyage dans notre histoire, nos randonneurs redescendent-ils vers le vallon de Foissin resté miraculeusement préservé. Avec celle de Rajocan (la fontaine qui chante), les sources de Tarin, Foissin, Vaucluse, Saint-Michel et Charron ne voyaient pas autrefois, leur eau se perdre dans des fossés négligés. Par le travail minutieux et obstiné de générations de glaiseux, et le terme est ici très respectueux, la ressource précieuse était conduite jusqu'aux étangs des moulins de San-Jordan et de Santa-Ribeta pour donner, associée au génie de l'homme, le meilleur d'elle-même.

                                                          ALINEAS

source fontaine de rajocan

 

Et pour en savoir un tout petit peu plus sur

LE MEUNIER voir ici                                        LA MECANIQUE voir ici

LA MEUNIERE voir ici                                     SOURCES, RUISSEAUX, ETANGS voir ici

LA LAVANDIERE voir ici                                  LE MOULIN DONJON voir ici

LE GARÇON MEUNIER voir ici               MOULINS A VENT et HYDRAULIQUE ASSOCIES voir ici

 

 

Rédigé par ALINEAS

Publié dans #Moulins

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
K
Merci, mais...
il faudra que nous guides en vrai dans une vraie randonnée. Pour moi c'est un peu abstrait, même si je me suis régalée.
Répondre
A
Promis.
P
magnifique article superbe découverte cordialement
Répondre