Le recensement des moulins du canton de Lectoure

Publié le 10 Mars 2021

recensement moulins canton lectoure - société archéologique gers moulin à vent moulin hydraulique

 

Pendant deux ans, l’équipe lectouroise de la Société Archéologique et Historique du Gers, animée par Georges Courtès *, a procédé au recensement systématique des moulins à eau et à vent des 26 communes du canton de Lectoure. Le résultat de cette importante démarche a été dévoilé au public, le 2 octobre 2020. Voici les principaux éléments de cette présentation.

POURQUOI UN TEL RECENSEMENT ?

Les moulins à eau et à vent sont aujourd’hui l’objet d’un intérêt croissant des particuliers qui les rénovent, par amour des belles pierres mais également pour l’aménagement de résidences secondaires et principales. Il n’en a pas toujours été ainsi. Les moulins à eau ont longtemps été considérés, à raison, comme posant des difficultés d’aménagement et d’entretien du fait de la proximité des cours d’eau. Et les moulins à vent, une fois décoiffés par le vieillissement de la charpente et un dernier assaut du vent, ne sont pas suffisamment spacieux pour loger une famille selon les critères modernes de confort, en outre dans un plan circulaire ne facilitant pas la disposition du mobilier. Ceci dit pour ceux des bâtiments qui ont résisté un minimum au temps. Car nombre de moulins ont disparu, tombés à l’eau ou bien enfouis sous la végétation d’une butte discrète dans le paysage, dépecés pour offrir de la pierre à bâtir de récupération à proximité.

Or, on reconnaît aujourd’hui que les moulins sont au cœur de l’Histoire de notre pays. Les historiens ont longuement écrit l’Histoire des cathédrales, des châteaux et des batailles. Il convient à présent de faire revivre les moulins qui sont essentiels pour comprendre les phénomènes des origines et du développement de la mécanique et des techniques, les circonstances de la croissance démographique, l’évolution de l’alimentation et de la santé, l’émergence de la bourgeoisie artisanale et industrielle... Les moulins ont été pendant un millénaire au cœur de la vie de nos villes et de nos campagnes. Nos routes actuelles ont souvent été tracées par le sabot des mulets sur les chemins « fariniers ». Il est temps de faire une photo panoramique de ce qui est encore à portée de notre mémoire.

 

LA MÉTHODE

La cartographie, les archives, les déplacements sur le terrain, arpentage et photographie, les informations collectées auprès des habitants…. Les recenseurs se sont partagé les communes du canton, chacun procédant à son rythme, jusqu’à la mise en commun des résultats.

L’importance de la cartographie. A toutes les époques, les moulins, repères remarquables sur le relief, mont, cuvette, croisement route/cours d’eau, gué, pont, retenue…, sont souvent mentionnés sur les cartes. Mais avec des défauts, dus à la précision relative du géographe ou à l’échelle de la reproduction. Dus également à la disparition de certains moulins entre deux relevés et à l’évolution de la toponymie. Il faudra donc, croiser les informations et vérifier sur le terrain. Cartes de Cassini (1750-1815), Atlas de Chanche (1878), cartes IGN, cartes de l’état-major (1820-1866), Cadastre dit napoléonien (1812), Cadastre contemporain, photos aériennes IGN.

Aux archives, les moulins les plus importants font l’objet de dossiers spécifiques. Pour les autres, les informations sont glanées au gré de mentions dans les actes notariés et juridiques : ventes, actes d’état civil, litiges. Un travail de fourmi, qui se poursuivra longtemps après le recensement. Une aiguille dans une meule… de foin celle-là.

Des informations orales viennent heureusement compléter l’ensemble, qui ravissent le recenseur et qu’il faut encourager. Aux lecteurs de ce carnet d'alinéas nous disons :

"Merci de continuer à nous alimenter. Tous les indices sont précieux".

 

151 MOULINS

60 moulins à eau, 91 moulins à vent

carte rencensement moulins lectourois canton lectoure - IGN - Cassini - Cadastre napoléonien - carte d'état major

Notre recensement fait apparaître, sur ce canton, un nombre important de moulins, 151, à rapprocher des 1692 moulins relevés sur le département du Gers par Henri Polge, archiviste départemental de 1946 à 1981, sur la base des enquêtes effectuées pendant la Révolution et l’Empire. Ainsi, sur une surface représentant 4% du département, le lectourois possède 10% des moulins. Par contre, premier constat remarquable, le rapport moulins à eau / moulins à vent est inversé par comparaison au département, les seconds étant dans le Lectourois les plus nombreux. Quelques pistes évoquées pour expliquer cette différence de proportions :

  • le fait que notre relevé ait pu intégrer des moulins construits postérieurement aux recensements fin 18ième  et tout au long du 19ième, en particulier grâce à la liberté d’établissement permise par la fin du système de l’Ancien Régime, et majoritairement éoliens.
  • le Lectourois , situé à l’est du département est exposé au vent de sud-est, vent d’autan favorisant l’énergie éolienne.
  • enfin, terre céréalière, le Lectourois produisait un volume de céréales supérieur à celui des zones situées à l’ouest.
  • il faut aussi tenir décompte des moulins mitoyens, soit simples voisins et concurrents se disputant le vent, soit jumeaux.

Mais cette multiplication des intervenants n’eut pas un effet heureux puisque la concurrence jouant et la dimension des entreprises étant très (trop) réduite, la meunerie traditionnelle devint un secteur fragile qui ne pourra pas faire front à l’industrialisation de la fin du 19ième : invention de la minoterie à vapeur puis électrification, développement du transport ferroviaire… 

Les moulins à eau sont installés bien sûr majoritairement sur les cours d’eau principaux : Arratz, Auroue, Gers, Grand Auvignon. Mais de petits ruisseaux supportent plusieurs établissements très rapprochés : Foissin par exemple. Entre La Romieu, Lagarde et Marsolan, 8 sites dont les 4 moulins en cascade de Lartigue.

La commune de Lectoure concentre un grand nombre de moulins, tant à eau qu’à vent, le plateau de Lamarque présentant une impressionnante brochette d’ailes.

 

LE MEUNIER

Notre recherche portait sur des bâtiments mais nous y avons rencontré des hommes et des femmes, inventifs et industrieux. Le meunier est, à tort, caricaturé enfariné ou bonhomme sur son mulet. A l’origine, homme lige du seigneur féodal, laïc ou religieux, le meunier est maçon et charpentier, construisant de ses mains son outil de travail. Puis il s’établira mécanicien, entretenant soigneusement sa machine, complexe, dangereuse et exigeante. Il donnera naissance à des lignées. On est meunier de père en fils. On se marie entre moulins pour développer le patrimoine, échanger les procédés, par affinité tout simplement. Les neveux et cousins deviennent garçons-meuniers.

Affairé, secret, âpre au gain, notre homme sera, souvent injustement, craint et médit.

QUELQUES MOULINS REMARQUABLES

Avec sa digue sur le Gers, à l’entrée du chef-lieu, le moulin de Saint Gény nous est évidemment familier. Dépendant de l’abbaye de Saint Gény, il est figuré sur une vue de Lectoure datant du 14ième siècle, sans doute l'une des plus vieilles représentations d'un moulin en Gascogne.

moulin medieval - saint geny lectoure - moulin à aube - lectoure

 

A proximité, sur un bras du Gers aujourd’hui comblé, un Moulin dit Neuf mais uniquement visible sur les cartes anciennes, a servi d’atelier à tan pour la tannerie royale installée au pied des remparts.

Repassac (a riu passat) lui, l'un des plus actifs de la zone étudiée, était au Moyen-Âge, copropriété des consuls de Lectoure, du seigneur évêque et du roi d’Angleterre.

En progressant vers le nord, les moulins de La Mothe se répartissent sur les communes de Lectoure et Castéra-Lectourois. Rive gauche, le moulin-tour d'époque médiévale nous est connu grâce au plan du dimaire de l'Ordre de Malte. Rive droite, le moulin du 18ième a malheureusement disparu dans un incendie. Entre les deux, le pont-barrage est un vestige exceptionnel des aménagements hydrologiques qui mériterait d’être rénové.

Au nord du canton, le moulin de Manlèche est partie intégrante du château autrefois dans le domaine de la famille de Got, dont le vicomte de Lomagne et d’Auvillar était issu.

Sur l’Arratz, le moulin de Sainte Rose, appartenant à la grange de la celle grandmontaine de Défès à Agen, a hébergé le célèbre et controversé pape gascon Clément V, également membre éminent de la maison de Got, sur son chemin triomphal entre Bordeaux et Avignon.

Parmi les moulins à vent, le Pélouar sur Marsolan, sans doute le plus ancien de notre recensement, a été bâti pour le puissant seigneur de Fimarcon. Quant au moulin du Camp, à Terraube, il relevait du domaine de la célèbre et très ancienne famille de Galard.

   

CONCLUSION

Il convient de mettre en valeur quelques belles rénovations qui montrent le chemin à suivre : les moulins à vent de Salles au Mas d’Auvignon et Laucate à Lectoure, La Molie à St Mézard, le Moulin de Bas à L’Isle-Bouzon, la Mouline de Belin à Lectoure, et d’autres encore.

Deux opérations ont bénéficié du concours de la Fondation du Patrimoine : Les moulins à vent d’Avers à Berrac et de Bazin à Lectoure.

Deux sites majeurs sont en danger : le pont-barrage de La Mothe à Lectoure et le pont d’Arratz à St Antoine.

 

                                                                                             Michel Salanié

 

* Georges Courtès, Simone Aeberhard, Jean-Marie Béraud, Bertrand Broqua (Dcd), Pierre Léoutre, Godelieve Lust, Guy Miquel, André Monestès, Gérard Noguès, Régis Petit, Michel Salanié, Maryse Strzelecki.

© Photos Michel Salanié

Pour agrandir, en fonction de votre navigateur : clic droit sur la photo et [Afficher l'image].

 

Saint antoine pont d'arratz gers arratz - moulin antonins
Moulin des Antonins - Saint Antoine

 

l'isle bouzon - gers - aurroue - moulin de bas
Moulin de Bas - L'Isle Bouzon

 

moulin à vent de bazin - fondation du patrimoine - Lectoure - castéra lectourois
Moulin à vent de Bazin - Lectoure

 

moulin à vent de cap sec- lectoure - chateau de landiran
Moulin à vent de Cap sec - Lectoure

 

Saint martin de Goyne - moulin de goyne - gers
Moulin de Goyne - Saint Martin de Goyne

 

Saint Mézard - gers- la moulie
La Molie - Saint Mézard

 

Lagarde fimarcon - moulin à vent de lafage
Moulin à vent de Lafage - Lagarde Fimarcon

 

lectoure plateau de Lamarque - moulin de laucate
Moulin à vent de Laucate - Lectoure

 

moulin de lourtiguet - Sempesserre - gers
Moulin de Lourtiguet - Sempesserre

 

moulins à vent de lussan - saint mézard - Golfech
Moulins de Lussan - Saint Mézard (les cheminées de Golfech en arrière-plan)

 

moulin de repassac - lectoure - gers - consuls évèque roi d'angleterre
Repassac - Lectoure

 

rivière arratz gers - pont d'arrtaz - moulin des antonins
Le pont d'Arratz - Saint Antoine

 

Rédigé par ALINEAS

Publié dans #Moulins

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
Superbes photos !
Répondre
J
Bravo et merci pour ce travail d'équipe qui permet de mieux connaître notre patrimoine, afin de le sauvegarder et participer au maintien de nos racines dans cette belle terre de Lomagne.
Jacques
Répondre
C
Les moulins, une histoire, une richesse...à conserver absolument ; Ces belles photos en sont le signe
Répondre