Balade fleurie au petit matin frais

Publié le 3 Août 2022

balade lectoure - randonnée lectoure

                                                                                                                                                   

 

 

ier, de très bon matin, alors que je ratissais mon pas-de-porte, un promeneur habitué de notre coin de nature me fit un signe amical. En guise de salut, à mon tour et très banalement, je lui lançais :

- Il fait bon à cette heure !

- Oui mais, répondit-il, j'aurais dû démarrer encore plus tôt.

Évidemment, nous avons la facilité d'habiter sur place. Par ailleurs, après l'avoir assidument pratiquée, pour ma part, je n'apprécie plus la grasse matinée. Et puis notre jardin réclame des soins qu'il est impossible de prodiguer au zénith par ces temps de canicule, alors nous nous levons à l'aube. Nous n'avons donc aucun mérite. Mais ce carnet veut surtout inviter à profiter de ces précieux petits matins frais. La chaleur exceptionnelle, pénible et fatigante, nous oblige à sortir très tôt ou très tard. Dans les deux cas, il y a des avantages, et de jolis tableaux, à faire cet effort. Aujourd'hui, intéressons-nous à la balade matinale et florale. Alors, "A la fraîche", ou "Aahhh, la fraîche !" ?

Les oiseaux virevoltent dans l'air pur avant de trouver un coin à l'ombre et n'en plus sortir. Ainsi nous montrent-ils le chemin qu'il est prudent de suivre, à pied, mais il ne faudra pas tarder car le créneau de température est étroit. La lumière rasante met en valeur les couleurs et les profils. Si les fleurs sont rares ou plus discrètes, elles font assaut d'originalité pour séduire butineurs et leurs suiveurs macro-photographes. Plus résistantes à la cueillette et souvent épineuses, elles n'en sont que plus nobles. Comme la jeunesse, la tendre floraison du printemps n'est qu'un passage éphémère. L'hiver, l'automne et cet été un peu rude ont leurs plaisirs botaniques qu'il faut cueillir, comme disait le poète à propos de la rose.

chemin de saint jacques lectoure

Allons, dépêchons-nous d'encourager, par notre amoureuse visite, cette nature dont nous ne sommes qu'une brindille, et qui, comme nous, fait le gros dos, en attendant la pluie qui finira bien.

                                                                Alinéas

 

Le nez dans le ruisseau, barricade de Salicaire et de Massette.

 

Tournesols, évidemment. Ceux-ci ne nous ont même pas vus passer.

 

Le Faux Sureau ou Yèble, toxique pour l'homme, attire quand même le papillon Demi-deuil et quelques autres affamés.

 

On a beau avoir les pieds dans l'eau, quand il est l'heure de faner... et de s'égrainer...

 

En deux temps trois piquants, le Chardon laineux, ou Cirse, développe un étonnant capitule ivoire avant d'y dresser son bouquet parme à destination des butineurs. Enfants, nous croquions ses tiges, tendres et gouteuses comme des asperges. A condition de les peler avec précaution...

 

Voila un carré de carottes qui n'a pas été souvent biné...

 

La Mauve. Bourrée de qualités. Il faut penser à prendre son panier.

 

Millepertuis élégant. Effectivement.

 

Dialogue quelque peu alambiqué entre Prêle, Vigne vierge de Virginie et Liseron.

 

Dans quelques semaines, la Clématite des haies offrira ses guirlandes d'akènes au givre. Mais sa floraison est déjà très décorative, ponctuant de myriades d'étoiles le chemin de Saint-Jacques.

 

Petite Centaurée ou Herbe-à-fièvre. Famille de la Gentiane.

 

D'habitude, je peste après cette envahisseuse. Mais à distance du potager et à condition d'être bien chaussé et pantalonné, la Picris fausse-épervière, sorte de blonde échevelée, a du charme.

 

Centaurée-des-près. Famille du Bleuet, autrefois commun, parfois trop dans les cultures de céréales et qui a presque disparu à force d'être chassé par les pesticides. La Centaurée a résisté en suivant les bas-côtés. Pas plus que la vie en communauté, elle ne respecte ni le code couleur ni la coupe de cheveux règlementaire de la tribu. Un sujet vraiment sauvage.

 

La Cardère sauvage, qui n'est pas un chardon, servait autrefois à carder la laine. A donné son nom au coteau qui fait face à Lectoure au nord, Cardès, car elle devait y être récoltée pour servir à l'industrie textile dans la vallée de Foissin. A également donné son nom à une mouline qui, à notre avis, ne devait pas mouliner la farine.

Laineuse à cardères de 1920. Les cardères séchées sont placées en rangs sur le grand cylindre.

Comme quoi, l'herbier du Carnet d'Alinéas nous ramène toujours à l'homme, industrieux....

Aujourd'hui, on considère la Cardère comme très importante pour la biodiversité car ses feuilles, assemblées par deux en forme d'abreuvoir, retiennent l'eau de pluie, ou à défaut, de rosée, et ses capitules offrent chacun plus de 500 graines. La Cardère est pour cela, en langage vernaculaire, joliment appelée "Cabaret des oiseaux".

 

Crédit photo :

- Machine à carder : © Imus Eus Wikipédia.

- Autres photos © Michel Salanié

Rédigé par ALINEAS

Publié dans #Botanique

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
Y
Photographe ou poète? Poète ou photographe? Poète et photographe!
Répondre
A
Cher monsieur de Balma, l'un et l'autre ne valent que s'ils vous ont accompagné à la fraîche, au bord de l'étang ou au bout du bosc...<br />
M
Merveilleuse nature ,formidable conteur.Merci Michel<br /> MC
Répondre
A
Malgré ses caprices nous l'aimons tant. Tu es trop gentille. Bises.
G
Merci pur cette balade colorée et rafraichissante par cette canicule En effet comme dit le proverbe espagnol:<br /> a quien madruga Dios le ayuda Dieu aide ceux qui se lèvent tôt
Répondre
A
Je sentais bien qu'il y était pour quelque chose.
Y
Merci pour cette balade fleurie et documentée<br /> Merci aussi pour ce blog qui me rappelle des souvenirs de mon passage avec quelques amis et de bonnes tables<br /> Amicalement <br /> Yves de Saint Jean
Répondre
A
Repassez ! Nous trouverons bien une table par là.
P
Bonjour à vous. <br /> Merci pour cette ballde rafraichissante.<br /> Vos publications sont toujours un régal !
Répondre
A
Merci. Et merci pour votre fidélité au-delà des moulins.
K
Bonjour,<br /> Jolie balade matinale.... merci.<br /> poutoun en tóuti dous.
Répondre
A
Il doit y avoir à faire sur l'herbier provençal ?