Axel Kahn et le Bleu de Lectoure

Publié le 19 Octobre 2021

 

Axel Kahn, décédé récemment, n'était pas un littérateur. Très engagé dans son époque, médecin, généticien, il fut parmi de nombreuses autres fonctions et successivement, directeur de Recherche à l'Inserm, président de l'université Paris-Descartes, président de la Ligue nationale contre le cancer... un personnage ! Connu du grand public pour ses qualités de vulgarisateur, son humanisme, son engagement politique à gauche, il est cependant aussi essayiste à succès dans son domaine de compétence scientifique qui le conduit naturellement à aborder des sujets philosophiques et de société. Enfin, randonneur au long cours. C'est ainsi qu'il passe à Lectoure en 2013, à l'occasion d'un voyage en solitaire imaginé pour inaugurer sa retraite. Axel Kahn, 69 ans, parcourt en trois mois la France en diagonale, sur 2000 kilomètres ! Il relatera cette aventure dans un ouvrage "Pensées en chemin, ma France des Ardennes au pays basque". Il fallait évidemment dans notre galerie de portraits d'auteurs ayant connu ou évoqué Lectoure un marcheur de grands chemins. Il en passe tant. Celui-ci à beaucoup à raconter, de déserts en renaissances économiques, de merveilles de la nature en cicatrices dans le paysage, de pensées profondes en anecdotes drolatiques. Il nous permet de mieux connaître ce passant furtif avant qu'il nous arrive, du côté de la Croix-rouge et ce qui l'attend, lorsqu'il nous quitte au petit matin.

Kahn fait partie de ces chemineaux qui pensent en marchant, ou qui marchent pour penser ce qui revient au même mais relève toutefois d'une double et profonde intention, repassant le film de leur vie, réussites et échecs, joies et douleurs, questionnement toujours, espoirs encore. Et de nouvelles belles découvertes sont au bout du chemin, ou au coin de la rue, ici avant de traverser le Pont-de-Pile en l'occurrence. "Je ne connaissais pas Lectoure mais en avais entendu parler comme d'une petite ville attachante méritant une visite et avais donc décidé d'y faire une halte d'une journée, la dernière avant la fin de mon périple. Ce fut là une décision dont je me réjouis aujourd'hui". Voilà qui commence bien. On ne sait pas qui a conseillé à notre célèbre randonneur de faire étape chez nous, mais il y a fort à penser que le Bleu de Lectoure dont la notoriété était faite et rejaillit toujours aujourd'hui sur la ville, y a été pour quelque chose. En tout cas, après avoir découvert évidemment la rue Nationale, les remparts, les comtes d'Armagnac et notre maréchal, Axel Kahn descend la côte du Marquisat pour rejoindre l'ancienne tannerie, sur le bord du Gers, qui a été de 1994 à 2016, le creuset de la renaissance du bleu de pastel.

 

Henri et Denise Lambert, créateurs du Bleu de Lectoure

On ne fera pas dans cette rubrique Littérature, l'histoire du Bleu de Lectoure qui occupe dans le livre d'Axel Kahn pas moins de trois pages (!) et auquel chacun pourra se reporter. Bel hommage que l'on doit bien sûr au caractère exceptionnel de l'aventure artisanale d'Henri et Denise Lambert, à la place du pastel dans l'histoire de France, histoire que commente à sa façon Axel Kahn tout au long de son périple, et hommage que l'on doit peut-être enfin au talent de conteuse d'une certaine conférencière que les milliers de visiteurs de la tannerie du Pont-de-Pile, touristes, clubs du troisième âge, scolaires, pèlerins... ou le célèbre chemineau  donc, ont écouté sous le charme. Conteuse dont il nous semble reconnaître la trame sous la plume d'Axel Kahn.

pastellières - bleu de lectoure le Puy-en-Velay - la fête du roi de l'oiseau
Les pastellières de Lectoure à la fête du Roi de l'Oiseau au Puy-en-Velay

Généticien, homme public, administrateur, Axel Kahn présente un style de rédaction disons cartésien. Bien que la nature, les éléments, les sentiments y aient leur part, la plume est directe, sujette aux élans, à la poésie ou au subjectif, mais plutôt toujours guidée par l'analyse et tendant à la pédagogie. Pour répondre aux nombreuses questions sur le sens de son échappée solitaire, celles des journalistes, des participants à ces conférences programmées sur le parcours, de ses hôtes, ses amis et même sa famille, Axel Kahn invoque la quête du beau. "Il apparaît probable que la capacité à ressentir le beau, inductrice de celle à le créer, ait joué un rôle essentiel tout à la fois dans la socialisation des humains et dans l'accroissement de leurs capacités cognitives, deux processus liés. C'est là d'abord une qualité qui est à l'origine de l'artiste-artisan, au centre des processus civilisationnels. L'émotion partagée fait lien et est un important facteur de cohésion sociale. Par ailleurs, la perception du beau est à l'origine d'une diversification des motifs de l'action. Celle-ci est déterminée bien sûr, par l'intérêt et les besoins chez tous les animaux, y compris les humains. Cependant ces derniers peuvent aussi faire des choix car un projet, une idée a cette qualité de ce qui provoque l'émotion esthétique. Il existe de ce point de vue une relation évidente entre le sens moral et la reconnaissance du beau".

Partir de l'économie pour parvenir à la morale en passant par le beau, voilà un compliment, un cheminement qui vaut de l'or pour tous les savoir-faire artisanaux, parmi lesquels celui du pastellier. Bleu émotion.

 

Axel Kahn randonneur - Axel Kahn sur le gr 65 - Axel Kahn pensées en chemin

 

Kahn n'est pas croyant. Élevé dans la religion chrétienne, scout, tenté même par la prêtrise, il dit avoir perdu la foi à l'adolescence, "radicalement [] sans m'en réjouir ni m'en désoler". Mais il conserve cependant toute sa vie le regard et la pratique des valeurs chrétiennes. Et sur son chemin, le plaisir de jouir des paysages où l'espérance naît et renaît indéfiniment. L'émotion pour guide. Après avoir traversé le nord du pays, touché par la récession économique, la Champagne de son enfance et la Bourgogne, opulentes, et avant de choisir le chemin du Puy-en-Velay, parce qu'il est balisé et accueillant pour le randonneur, pèlerin ou non, Kahn admire Vézelay, la "colline inspirée" selon le mot de Maurice Barrès, lieu où souffle l'esprit. "Il existe bien sûr une dimension purement esthétique à cette émotion : Vézelay est sans conteste l'un des plus beaux endroits du monde, par son village, le site et la basilique. [] On sait que la disposition du bâtiment et de ses ouvertures a été pensée pour qu'opère la féérie du solstice d'été lorsque des flaques éclatantes de lumière se projettent avec une parfaite régularité sur le sol de la nef, témoignant de la perfection de l'univers divin et de la richesse de l'homme, la créature à son image. Il y a plus, cependant, qui fait que l'incroyant dont je suis un exemple est saisi par ces lieux aussi bien que le fidèle. [] ... l'émotion évoquée ne procède pas seulement [] de la beauté incroyable des œuvres mais aussi de l'atmosphère globale qui se dégage d'elles et des lieux où elles se trouvent".

 

la citadelle de lectoure - promotoire de lectoure - cathédrale de lectoure - arrivée sur lectoure GR 65 chemin de saint jacques de compostelle

Nous aurions aimé faire quelques pas aux côtés d'Axel Kahn, et surtout l'entendre, lorsque, parti au petit matin fringuant d'Auvillar, déjeunant à Castet-Arrouy, sous les marronniers, dans un restaurant bien connu des lectourois, sur une jouissive "nappe de soleil", et parcourant entre le Petit-Vaucluse et la Chapelle les derniers mètres de l’étape du jour, il pouvait admirer une autre colline, Lectoure posée sur le camino borné de son clocher-tour, dominant le Gers et la vieille tannerie du Pont-de-pile.

                                                                        ALINEAS

Axel Kahn, Pensées en chemin. Ma France, des Ardennes au pays basque. Ed.Stock 2014.

PHOTOS :

Photos 2 © Alain Félix et 3 © Sophie Boss, avec l'aimable autorisation de Denise Lambert

Photo 4 © Collection Axel Kahn

Photos 1 et 5 © Michel Salanié

Rédigé par ALINEAS

Publié dans #Littérature

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
Ce carnet nous a beaucoup intéressés et il complétait la figure attachante d'Axel Kahn comme si on l'avait vu passer devant chez vous. Merci et bises
Répondre
K
Vézelay... je suis allée, un jour de solstice d'été, voir à midi les "flaques" de lumière, l'exacte forme quadrilobée des ouvertures tout en haut des murs, sur la ligne médiane tout le long de la nef de la basilique. C'est effectivement une féérie. J'ai ressenti une émotion intense, une admiration pour ces bâtisseurs d'un autre temps, qui ignoraient l'informatique et les machines sophistiquées, mais pourtant étaient capables de construire de telles sorte que le soleil de midi le 21 juin (de chaque année), poindrait pile au milieu de la nef. Certains croyants, suivaient ce chemin de lumière en priant et faisant des haltes sur chaque dalle de lumière. Comme à la "Bonne mère" de Marseille, on sentait la foi et l'émotion esthétique. C'était palpable. Je n'oublierai jamais cette visite.
Tout comme je n'oublierai jamais la visite que nous avions faite au Pont-de-pile de la tannerie où l'on ne voyait que du bleu. Là aussi c'était magique.
Merci Michel, pour avoir ravivé ces deux souvenirs.
Répondre