Couronnes et compositions de fleurs séchées à Berrac, en attendant " Le Petit Musée".

Publié le 4 Mars 2019

 

est un village gersois où, depuis quelques jours, des compagnies de violettes percent sous le givre, où des jonquilles font la ribambelle au fond des vallons frais.

Avec à peine un peu plus de chaleur nocturne, les vrilles de respounchous* ne tarderont pas à grimper sur les buissons, à portée de glaneur.

- Té, avez-vous jamais goûté une salade de cœur de pissenlit, aillée et garnie de petits lardons ? Bou Diu !

A l’automne, gourmand autant que prévoyant, l’on compotera baies et fruits abandonnés au potager brumeux.

Enfin, lorsque l'hiver s'en sera venu, les sens rassasiés laissant place à l’esprit, les couronnes de fleurs séchées sur les façades, à la salle des fêtes et sous le porche de l'église, diront au visiteur, "Bienvenue, Espérance et Paix". Alors, le grand Pan se prosternera devant l’enfant nouveau-né.

Cette année, à une volée de cloches de la Mouline de Belin, Berrac apprête son "Petit Musée naturel des plantes sauvages comestibles". Pour bien faire, il s’écoulera encore tranquillement quatre belles saisons. Car chez nous, en Gascogne, on laisse toujours le temps au temps. Botaniste, graphiste et cantonnier* s’affairent de concert sur ce joli chemin-là qui esquisse son discours. 

En attendant, chaque occasion sera bonne pour tester les recettes, accrocher ici et là, compositions, aquarelles, et dire quelque poésie en guise de ponctuation.

 

                                                                                    ALINEAS

 

 

                                                                        

 

 

 

 

 

 

 

 

* Le respounchou est la jeune pousse du tamier, une sorte d’asperge sauvage, dont nous raffolons ici, en omelette par exemple. Comme les bons coins à champignons, les haies où grimpent les hampes de respounchous ne se partagent surtout pas !

** Je ne sais pas si l’équilibre des sexes est respecté dans ce projet associatif, mais je choisis le genre neutre tant que l’académie m'autorise cette fluidité… Et le singulier alors que tous les Berracais et toutes les Berracaises "muséisent".

_________________________

Reportage photo réalisé au mois de novembre dernier, par un temps à ne pas mettre un piaf dehors ! Eh bien, à Berrac, on aime aussi la pluie.

 

Rédigé par ALINEAS

Publié dans #Botanique

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

écureuil bleu 21/03/2019 20:17

Bonsoir Michel. De jolies couronnes ! Je suis née à Villeneuve-sur-Lot et ces expressions gasconnes me parlent. Bonne soirée

Mimi 04/03/2019 18:39

Une belle idée qui fait son petit bonhomme de chemin pour mettre en vedette la biodiversité de ce petit coin du Gers !